Écrire Arrêtés et jugés par un tribunal militaire

Andrés Moreno Febres-Cordero, Marco Trejo, James Mathison et César Cuellar ont été arrêtés fin septembre parce qu’ils avaient réalisé une vidéo pour le parti d’opposition Primero Justicia (Justice d’abord). Ces hommes sont jugés uniquement pour avoir exercé de manière pacifique leur droit à la liberté d’expression.

Marco Trejo, James Mathison et César Cuellar ont été arrêtés le 20 septembre, et Andrés Moreno Febres-Cordero le 22 septembre. Tous quatre sont toujours en détention dans l’« Helicoïde », siège du service bolivarien de renseignements (Servicio Bolivariano de Inteligencia Nacional, SEBIN), dans la capitale Caracas. Leur affaire a été portée devant les tribunaux militaires et ils sont accusés de crimes au titre du Code organique de justice militaire, notamment de manque de respect envers une sentinelle, le drapeau et les forces armées (crimes contre le devoir et l’honneur militaire).

La vidéo a été partagée le 16 septembre via le compte Twitter du parti politique d’opposition Primero Justicia (Justice d’abord). Amnesty International a visionné cette vidéo, sur laquelle on peut voir la fille d’un soldat envoyer un message à son père pour lui dire qu’il n’y a plus de médicaments dans la maison et qu’elle sort acheter à manger. Le père (le soldat) se trouve à une manifestation, prêt à réprimer les opposants. Le message de la jeune fille se termine sur ces mots : « Papa, n’oublie pas que les gens qu’ils t’envoient réprimer aujourd’hui vivent les mêmes difficultés que nous. Personne ne peut supporter cette [situation], tu le sais. » (papá, hoy recuerda que la gente que te mandan a reprimir están pasando lo mismo que nosotros. Esto no se aguanta, tú lo sabes).

L’arrestation d’Andrés Moreno, Marco Trejo, James Mathison et César Cuellar constitue une violation de leur droit à la liberté d’expression. En outre, il est très inquiétant que cette affaire soit portée devant les tribunaux militaires, que le principe du « juge naturel » ne soit pas respecté et que d’autres affaires comme celle-ci puissent se répéter.

Le parti d’opposition Primero Justicia (Justice d’abord) est membre de la coalition Table de l’unité démocratique (MUD, Mesa de Unidad Democrática), qui prône un référendum révocatoire du président Nicolás Maduro.

Ces dernières années, les autorités vénézuéliennes ont à maintes reprises utilisé les tribunaux pénaux et militaires afin de réprimer toute forme de dissidence. Lors des manifestations de 2014, nombre des personnes arrêtées pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et d’association ont été traduites en justice devant des tribunaux miliaires.

En 2009, le Venezuela a été condamné par la Cour interaméricaine des droits de l’homme pour avoir violé la liberté d’expression. La Cour lui a ordonné de limiter la compétence des tribunaux militaires, afin que la compétence militaire ne s’applique qu’aux soldats en service actif et aux crimes commis dans l’exercice de leurs fonctions.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit