Écrire Une artiste condamnée à sept ans d’emprisonnement

Le 16 novembre 2023, Alexandra Skotchilenko a été condamnée à sept années d’emprisonnement pour « diffusion délibérée de fausses informations sur l’emploi des forces armées russes ».

En mars 2022, elle avait remplacé des étiquettes de prix dans un supermarché local par des petits messages contenant des informations sur la guerre en Ukraine. Elle est déjà détenue depuis plus de 19 mois.
Elle souffre de maladie cœliaque et d’une pathologie cardiaque, et son état de santé s’est nettement dégradé depuis le début de sa détention.

Cette femme est une prisonnière d’opinion et doit donc être libérée immédiatement et sans condition.

Alexandra (« Sacha ») Skotchilenko, autrice-compositrice et artiste plasticienne de Saint-Pétersbourg, a remplacé des étiquettes de prix dans un supermarché local par des petits messages contenant des informations sur la guerre menée par la Russie en Ukraine, notamment sur le bombardement d’une école d’art utilisée comme abri par des civil·e·s à Marioupol le 31 mars 2022. Le 11 avril, des agents du Comité d’enquête de la Fédération de Russie l’ont arrêtée et l’ont inculpée de « diffusion délibérée de fausses informations » en vertu de l’Article 207.3(2) du Code pénal.

Alexandra Skotchilenko souffre de maladie cœliaque (intolérance génétique au gluten). Selon des spécialistes, si elle consomme du gluten, elle risque d’avoir une défaillance organique ou de développer des maladies oncologiques et auto-immunes. Elle doit suivre constamment un régime strict sans gluten, et le Service fédéral d’application des peines ne prévoit aucun menu spécial en prison pour les personnes nécessitant une alimentation sans gluten. Alexandra Skotchilenko est également atteinte d’une malformation cardiaque ; d’après son cardiologue, elle a besoin d’une surveillance médicale régulière et devra peut-être même être opérée à l’avenir.

Le 16 novembre 2023, elle a été condamnée à sept ans d’emprisonnement. « Je m’en tiendrai à mon opinion et ma vérité. Et je ne crois pas que quiconque doive être contraint légalement à adhérer à une vérité ou une autre », a-t-elle déclaré à la fin de sa prise de parole lors de l’audience. Sa défense va probablement faire appel du jugement.

Alexandra Skotchilenko est déjà détenue depuis plus d’un an et demi. Son état de santé s’est rapidement dégradé en détention. Les longues audiences ont été éprouvantes pour elle : il lui est souvent arrivé de se sentir mal au tribunal et, une fois, elle a perdu connaissance et a dû être prise en charge médicalement. Le juge présidant le tribunal lui a refusé à plusieurs reprises des pauses pour boire et prendre ses médicaments lors des audiences durant toute la journée.
Alexandra Skotchilenko est une prisonnière d’opinion, qui doit être libérée immédiatement et sans condition.

Son cas a été présenté dans le cadre de l’édition 2022 de la campagne Écrire pour les droits d’Amnesty International.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit