Écrire Au moins 14 personnes ont été tuées lors d’une fête

Au moins 14 personnes ont été abattues et neuf autres blessées alors qu’elles assistaient à une fête à Cajazeiras, dans la ville de Fortaleza (État de Ceará), samedi 27 janvier. La plupart des victimes étaient jeunes, âgées de 15 à 24 ans. Une enquête indépendante sur ces homicides doit être menée dans les meilleurs délais, et il convient notamment de déterminer si des représentants de l’État sont impliqués.

Aux alentours de minuit le 27 janvier, au moins 14 personnes ont été tuées par balles et neuf autres blessées tandis qu’elles se trouvaient à une fête à Cajazeiras, dans la ville de Fortaleza (État de Ceará, nord-est du Brésil). La plupart des victimes étaient jeunes, âgées de 15 à 24 ans. Il s’agissait de huit femmes et six hommes.

Le lendemain, les autorités de l’État de Ceará ont fourni une liste des victimes ; selon des résidents locaux, le nombre total de celles-ci pourrait toutefois être plus élevé. Les neuf blessés ont été conduits à l’Instituto Dr José Frota (IJF), un hôpital de la ville de Fortaleza. Cinq d’entre eux ont pu rentrer chez eux, mais les quatre autres doivent être gardés en observation. Des informations relayées par la presse, plus tard confirmées par le secrétariat à la Sécurité publique de l’État, indiquent que cet événement, déjà connu au Brésil sous le nom de « Chacina das Cajazeiras » [le massacre de Cajazeiras], est la plus grande tuerie jamais commise dans l’État de Ceará.

Les autorités de l’État de Ceará ont déclaré que le mobile de ces homicides n’était pas encore connu. Compte tenu du contexte de violence généralisée dans l’État de Ceará et de la dynamique de précédents homicides de masse, la possibilité que des représentants de l’État aient joué un rôle ne peut être exclue du champ de l’enquête rigoureuse et indépendante devant se tenir dans les meilleurs délais sur ces décès. Camilo Santana, le gouverneur de l’État, a annoncé la création d’une unité spéciale qui devra retrouver les auteurs de ce crime. André Costa, le secrétaire à la Sécurité publique, a qualifié les faits de « cas isolé » et affirmé qu’« il n’y a aucune raison de paniquer ». Au moins un homme semble-t-il soupçonné dans cette affaire a été arrêté.

Le Brésil est le pays où surviennent le plus d’homicides au monde : 61 283 meurtres y ont été enregistrés en 2016, ce qui représente un taux de meurtre de 29,7 pour 100 000 habitants. Cette violence n’affecte cependant pas tous les membres de la société de la même façon. La plupart des victimes de ces homicides sont de jeunes résidents noirs des favelas (bidonvilles) et de zones aux abords des grandes villes.

Ces dernières décennies, les autorités publiques - au niveau fédéral et des États - n’ont pas répondu de manière adéquate à la montée de la violence meurtrière dans le pays, et n’ont pas adopté de politique de sécurité publique digne de ce nom, comme par exemple des mesures visant à faire baisser le nombre d’homicides de jeunes Noirs et à protéger leur droit à la vie.

L’État de Ceará est situé dans le nord-est du Brésil, une région où l’on trouve la plus forte concentration d’homicides du pays. Selon des données officielles fournies par le secrétaire à la Sécurité publique, l’État de Ceará a enregistré 5 134 meurtres pour la seule année 2017. On recense par ailleurs dans cet État le nombre d’homicides le plus élevé du pays parmi les jeunes âgés de 12 à 18 ans. Cela s’accompagne par ailleurs d’une absence d’enquêtes et d’un manque d’obligation de rendre des comptes semblant constituer des pratiques bien établies, ce qui alimente le cycle de la violence.

Avant la « Chacina das Cajazeiras », un autre massacre a marqué l’histoire de l’État de Ceará. Le 11 novembre 2015, 11 personnes ont été tuées par balles dans la région de Messejana, aux abords de la ville de Fortaleza. Du fait des réactions à ces homicides et des pressions exercées par la société civile sur les autorités, le cas a donné lieu à une enquête, et des éléments convaincants, attestant que des policiers qui n’étaient pas en service avaient pris part à la tuerie, ont été trouvés. L’affaire est connue sous le nom de Chacina de Messejana (massacre de Messejana).

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit