Écrire Des avocats défenseurs des droits humains menacés

Des membres de Cubalex, une organisation d’avocats spécialisés dans la défense des droits humains établie à La Havane, subissent depuis plusieurs mois des actes de harcèlement et d’intimidation de la part des autorités cubaines en raison de leur travail.

De manière progressive depuis septembre, les autorités cubaines ont fait subir des manœuvres d’intimidation à des membres de Cubalex (Centre d’information juridique), une ONG non reconnue par l’État qui fournit gratuitement des conseils juridiques, notamment en matière de droits humains, à La Havane, la capitale.

Le 23 septembre, selon sa directrice, Laritza Diversent, les autorités ont effectué une perquisition sans présenter de mandat au centre opérationnel de Cubalex, où elles ont saisi plusieurs ordinateurs portables et documents, et forcé au moins une femme à se déshabiller. Le procureur de la province de La Havane a informé Cubalex qu’une enquête fiscale avait été ouverte à son encontre.

D’après Cubalex, depuis lors, le parquet national a convoqué au moins deux membres de l’organisation pour les interroger. Selon les déclarations de celle-ci, les interrogatoires ont duré jusqu’à 1 heure 45 et ont été filmés, ce qui laisse penser aux membres concernés que les autorités tentaient d’obtenir des informations susceptibles de rendre les activités de l’organisation passibles de poursuites pénales. Elles auraient également interrogé des personnes ayant reçu des conseils et des informations de la part de Cubalex.

La directrice de Cubalex a indiqué avoir été interceptée et interrogée un certain nombre de fois à l’aéroport lors de ses récents voyages. Elle est convaincue que son domicile, qui sert de base aux activités de Cubalex, est placé sous surveillance. L’un des membres de l’organisation, Julio Ferrer Tamayo, a affirmé avoir été soumis à une fouille au corps et arrêté lors de la perquisition des locaux de Cubalex le 23 septembre. Il demeure détenu.

Le 13 octobre, la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) et son rapporteur spécial pour la liberté d’expression ont publié un communiqué de presse exprimant leur préoccupation face aux actions de représailles de l’État cubain contre Cubalex, une organisation dédiée à la défense de la liberté d’expression.

En 2015, un certain nombre d’articles diffusés sur des blogs progouvernementaux semblaient diffamer Laritza Diversent, directrice de Cubalex.

Les membres de Cubalex ont fait l’objet de mesures conservatoires prononcées par la CIDH en avril 2015. Celle-ci a demandé aux autorités cubaines de prendre des mesures pour protéger leur vie et s’assurer qu’ils soient traités avec humanité.

À l’heure actuelle, les ONG de défense des droits humains ne peuvent pas se faire enregistrer officiellement à Cuba et il leur arrive souvent de mener leurs activités depuis les domiciles de leurs membres ou directeurs.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit