Écrire Un blogueur omanais détenu menace de se suicider

Le blogueur omanais Muawiya al Ruwahi, qui souffre de troubles bipolaires, a menacé de se suicider en prison s’il n’était pas « traité de manière juste ». Accusé notamment d’avoir « tourné en dérision l’État et ses dirigeants », il est en instance de jugement aux Émirats arabes unis.

Dans un message vocal diffusé le 9 novembre sur des réseaux sociaux, le blogueur omanais Muawiya al Ruwahi (ou al Rawahi) a déclaré : « Je n’ai pas bénéficié de soins médicaux adaptés […]. Si je ne suis pas traité de manière juste, je vais entamer une grève de la faim et me suicider […]. J’en ai assez, je n’en peux plus. » Muawiya al Ruwahi souffre de troubles bipolaires et a déjà tenté de se faire du mal en détention.

Son procès s’est ouvert le 14 septembre devant la Chambre de sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale. Il est accusé d’avoir « créé et utilisé des comptes en ligne dans le but d’inciter à la haine et de troubler l’ordre public et la paix sociale » et « tourné en dérision l’État et ses dirigeants ». Quatre audiences se sont tenues pour l’instant et, aux deux qui se sont déroulées en octobre, le juge a demandé que Muawiya al Ruwahi soit examiné par des experts psychiatres. Selon l’intéressé, ces évaluations n’ont pas eu lieu. Le 9 novembre, le juge a ordonné que trois spécialistes déterminent le degré de responsabilité du prévenu. En outre, le ministère public a prétendu que Muawiya al Ruwahi avait reçu des soins dentaires après s’être plaint de vives douleurs alors que celui-ci affirme n’avoir bénéficié que d’un bilan ophtalmologique. La prochaine audience est programmée pour le 7 décembre.

Muawiya al Ruwahi a été arrêté le 23 février 2015 alors qu’il entrait aux Émirats arabes unis depuis Oman. Il a été incarcéré dans un centre de détention secret, où il a été privé d’avocat, puis transféré à la prison d’Al Wathba, à Abou Dhabi, à la fin du mois de mai. Il aurait publié des messages offensants à l’égard des autorités des Émirats arabes unis sur son compte Twitter mais il conteste les accusations dont il fait l’objet. Il a déclaré avoir été forcé, « sous la contrainte psychique et physique », à faire des « aveux ».

Selon le diagnostic initial, posé en 2004, Muawiya al Ruwahi était atteint d’un trouble de la personnalité et les rapports médicaux ultérieurs, rédigés par des médecins de l’hôpital universitaire omanais Sultan Qabous ont confirmé qu’il souffrait de troubles bipolaires.

Muawiya al Ruwahi suit un traitement pour ces troubles, qui se caractérisent par des périodes d’euphorie alternant avec des périodes de dépression. Son dossier médical a été envoyé aux autorités émiriennes.

Au bout d’un mois de détention, Muawiya al Ruwahi a pu passer plusieurs appels téléphoniques à sa famille, notamment à sa mère vers la fin du mois de mars 2015. Il avait indiqué auparavant à sa famille qu’il recevait son traitement régulièrement et que les autorités émiriennes avaient connaissance de ses problèmes de santé mentale. Le père de Muawiya al Ruwahi a fait savoir sur sa page Facebook que son fils avait reçu, en prison, la visite de diplomates omanais et du procureur général des Émirats arabes unis le 11 juin 2015. Les diplomates avaient pu s’entretenir avec lui en privé.

Muawiya al Ruwahi avait été arrêté plusieurs fois à Oman. Il avait été convoqué en février 2012 au siège de la Sûreté de l’État d’Oman après avoir critiqué le chef de l’État omanais, le sultan Qabous, sur son blog.

Il a été détenu dans un hôpital psychiatrique pendant une semaine avant d’être relâché sans inculpation. Le 12 juillet 2014, il avait été arrêté parce qu’il avait de nouveau critiqué les autorités omanaises sur son blog. Détenu principalement dans des établissements psychiatriques, il avait été remis en liberté sans inculpation le 11 août 2014.

À l’ouverture de son procès devant la Chambre de sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale, le 14 septembre, il a demandé à la cour d’ordonner pour lui un bilan médical, de lui permettre d’avoir accès à ses médicaments (dont il disait être privé depuis deux mois) et de le faire hospitaliser. Il a expliqué à la cour : « Je suis suicidaire et j’ai besoin de soins médicaux pour empêcher que je ne fasse une autre tentative de suicide. » Par le passé, Amnesty International s’est déclarée préoccupée par le fait que les procès devant cette juridiction étaient intrinsèquement iniques parce que ses décisions n’étaient pas susceptibles d’appel, ce qui signifie que toute personne reconnue coupable à tort ne dispose d’aucun recours juridique.

Depuis 2012, les autorités émiriennes ont arrêté des centaines de personnes, y compris des étrangers, pour des atteintes à la sûreté de l’État ou pour « outrage » aux dirigeants des Émirats arabes unis ou à d’autres représentants des autorités. Beaucoup ont été victimes d’une disparition forcée ; elles ont été incarcérées dans des centres de détention secrets et les autorités ont refusé de reconnaître leur détention ou de révéler ce qu’il était advenu d’elles et où elles se trouvaient, les soustrayant ainsi à la protection de la loi. Un grand nombre de ceux qui ont été arrêtés ont affirmé avoir été torturés ou soumis à d’autres formes de mauvais traitements au cours des interrogatoires dans ces centres de détention secrets. La disparition forcée est un crime au regard du droit international.

Aux Émirats arabes unis, la torture et les autres formes de mauvais traitements sont souvent utilisées dans de telles circonstances pour arracher des « aveux » qui sont par la suite produits devant les tribunaux pour prononcer des condamnations à l’issue de procès iniques, même quand l’accusé se rétracte. Parmi les méthodes de torture décrites par les accusés, on peut citer : gifles et coups de poing au visage ; arrachement des ongles ; suspension la tête en bas pendant des heures ; décharges électriques administrées à différents endroits du corps ; maintien dans une position douloureuse pendant des heures et menaces de viol, de mort ou d’infection par le VIH. Le gouvernement n’a pas mis en œuvre la recommandation formulée en février 2014 par la rapporteuse spéciale sur l’indépendance des juges et des avocats en vue de la mise en place d’une commission d’experts indépendante chargée d’enquêter sur les allégations de torture.
Aux termes du droit international relatif aux droits humains, le fait de critiquer, d’insulter ou de tourner en dérision des fonctionnaires ou d’autres représentants de l’État ne constitue pas un motif légitime pour restreindre la liberté d’expression. Les représentants des pouvoirs publics peuvent légitimement faire l’objet de critiques ou d’une opposition politique, et les États ne doivent pas interdire de critiquer ces derniers ou les institutions publiques, car il s’agit de l’exercice légitime du droit à la liberté d’expression.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

L’avortement est un droit. Parlementaires de Belgique, changez la loi !

L’avortement est un droit humain et un soin de santé essentiel pour toute personne pouvant être enceinte. Ceci sonne comme une évidence ? Et bien, ce n’est pourtant pas encore une réalité en (…)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit