Écrire Un chef de village arrêté avant un rassemblement

Lin Zuluan, 72 ans, un chef du village de Wukan, dans la province du Guangdong, a été arrêté juste avant un rassemblement de village et une manifestation liée à des confiscations illégales de terres. Il risque d’être victime d’actes de torture ou d’autres formes de mauvais traitements et de faire l’objet d’un procès inique.

Tôt le matin du 17 juin 2016, plus de 10 hommes ont arrêté Lin Zuluan à son domicile. Ils n’ont montré ni badge de police, ni mandat d’arrêt. Plus tard le même jour, le Bureau de la Sécurité publique de la ville de Lufeng, de la compétence de laquelle relève Wukan, a publié une lettre ouverte déclarant que Lin Zuluan faisait l’objet de « mesures pénales obligatoires », car il est soupçonné d’avoir « profité de ses fonctions pour accepter des pots-de-vin ». Sa famille n’a cependant pas été officiellement informée de son arrestation.
Lin Zuluan a été élu chef du village en 2012, à la suite de manifestations organisées en 2011 contre des confiscations illégales de terres.

En juin 2016, Lin Zuluan préparait une requête pour le gouvernement chinois, affirmant que des représentants du gouvernement et des hommes d’affaires avaient collaboré pour vendre illégalement les terres précédemment confisquées. Il a également critiqué le gouvernement qui n’est pas parvenu à régler ces conflits fonciers au cours des quatre dernières années. Lin Zuluan prévoyait d’organiser une réunion du village le 19 juin 2016, afin que toutes les familles votent et approuvent un projet visant à prendre part à une manifestation pacifique pour saisir le gouvernement chinois le 21 juin 2016.

L’arrestation de Lin Zuluan a provoqué la colère du village. Des vidéos montrent des rangées de policiers antiémeutes équipés de casques et de boucliers et observant des centaines de villageois manifestant pour la libération de Lin Zuluan, le 19 juin 2016. La police a arrêté le petit fils de Lin Zuluan, Lin Liyi, le 20 juin 2016 pour l’interroger et lui demander qui avait organisé le rassemblement du village et la manifestation massive. Il a ensuite été libéré.

Le 21 juin 2016, le gouvernement a organisé une conférence de presse et a diffusé une vidéo de Lin Zuluan « avouant » avoir reçu des pots-de-vin alors qu’il exerçait ses fonctions de chef de village. Pendant cette conférence de presse, les autorités ont également accusé les médias de Hong Kong, Apple Daily et Initium Media, d’avoir « encouragé, organisé et dirigé » les évènements de Wukan.

À la fin de l’année 2011, le village de Wukan, dans la province du Guangdong, dans le sud de la Chine, a fait la une des médias du monde entier. Pendant plusieurs mois, les villageois ont manifesté contre ce qu’ils décrivaient comme la dernière tentative du gouvernement de vendre dans le plus grand secret leurs terres agricoles à des promoteurs, ainsi que contre un conseil de village qui, selon eux, avait été investi à l’issue d’élections frauduleuses. Dans des entretiens avec les médias, ils ont affirmé que les responsables locaux du Parti communiste ne les ont pas consultés au sujet de cette vente et qu’ils n’en ont pris connaissance qu’après le début des travaux de construction sur leurs terres. Les habitants ont déclaré que leurs terres leur étaient volées par des représentants locaux de l’État depuis près de 40 ans et qu’ils en avaient assez. En septembre 2011, des villageois ont organisé une manifestation et ont fait irruption dans des bâtiments administratifs gouvernementaux.

En décembre 2011, un millier de policiers sont arrivés à Wukan pour arrêter cinq personnes qui, selon eux, avaient organisé les manifestations de septembre. Des villageois les ont empêchés d’entrer, mais les policiers ont finalement arrêté Xue Jinbo, 43 ans, ainsi que quatre autres personnes. Xue Jinbo est mort au cours de sa troisième journée en détention. Des membres de sa famille et des villageois ont déclaré à des journalistes que Xue Jinbo semblait avoir été torturé car son corps présentait des contusions sombres ainsi que des coupures au visage. Des représentants de la ville de Shanwei, de la compétence de laquelle relève Wukan, ont déclaré qu’ils avaient interrogé Xue Jinbo deux fois pendant sa détention, et qu’il avait « avoué » avoir participé aux évènements de septembre. Des représentants ont déclaré qu’il paraissait malade le troisième jour de sa détention et qu’ils l’avaient envoyé à l’hôpital où il était décédé d’une insuffisance cardiaque.

Après la mort de Xue Jinbo, les villageois en colère ont chassé les dirigeants du Parti communiste de leur village. Pour mettre fin aux mouvements de protestation, les autorités provinciales sont intervenues, promettant que de nouvelles élections pourraient être organisées à Wukan. En mars 2012, les villageois ont élu Lin Zuluan et une autre personne qui avait aidé à organiser les manifestations liées aux confiscations des terres. De nombreuses personnes en Chine se sont réjouies de ces élections, affirmant qu’elles marquaient la résolution pacifique des affrontements et que cela pouvait servir de modèle démocratique en Chine. Cependant, cet optimisme semble avoir été prématuré. À ce jour, aucune enquête indépendante sur la mort de Xue Jinbo n’a été menée.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit