Écrire Craintes pour la sécurité de la famille d’une victime de meurtre

Luis Urbano, le fils de José Luis Urbano, un défenseur des droits humains, a été tué le 10 octobre par des policiers dans l’État d’Anzoátegui, au Venezuela. Sa famille est en danger.

Luis Urbano est mort le 10 octobre après que des policiers de la municipalité de Sotillo, dans l’État d’Anzoátegui (est du Venezuela), lui ont tiré dessus quatre fois. Luis Urbano était mécanicien et était le fils de José Luis Urbano, un défenseur des droits humains et président de la Fondation pour la défense du droit à l’éducation, une ONG connue dans l’État d’Anzoátegui pour dénoncer les atteintes aux droits des enfants et pour défendre ces droits, notamment le droit à l’éducation.

Des témoins ont confirmé que des policiers avaient abordé Luis Urbano sur la voie publique alors qu’il réparait sa moto dans un quartier populaire de la ville de Puerto La Cruz, dans la municipalité de Sotillo (État d’Anzoátegui). José Luis Urbano a déclaré à Amnesty International qu’à la suite d’une dispute avec les policiers, ces derniers avaient tiré sur Luis Urbano qui a ensuite été laissé dans la rue pendant environ une heure avec une blessure par balle à la poitrine, sans que personne ne l’aide. Les mêmes policiers ont ensuite conduit Luis Urbano à l’hôpital, où il a été admis avec quatre blessures par balle.

Le défenseur des droits humains, José Luis Urbano, a fait l’objet de menaces à plusieurs reprises en raison de son travail en tant que président de la Fondation pour la défense du droit à l’éducation. Attaqué en 2007, José Luis Urbano avait été maintenu en l’air et s’était fait tirer dessus. En 2008, Amnesty International avait publié une action urgente en raison de plusieurs attaques dont il avait été victime. La vie et l’intégrité physique de José Luis Urbano, de sa famille et d’autres membres de la fondation pourraient être menacées.

José Luis Urbano avait déjà dit à Amnesty International que, le 10 février 2007 dans l’après-midi, sa femme et lui rentraient chez eux en voiture, dans le centre de Barcelone, lorsqu’une Mitsubishi noire s’est arrêtée à côté de leur voiture. Deux hommes en sont sortis et l’un d’eux a passé une arme par la fenêtre du côté de José Luis Urbano. L’autre homme a dit : « Tire, c’est le gars de Pro-defensa ». José Luis Urbano a réussi à attraper le canon de l’arme, mais l’homme a tiré et l’a touché au ventre.

En mai 2008, José Luis Urbano a reçu des menaces de mort par téléphone. En septembre 2008, des policiers ont essayé de s’introduire de force chez José Luis Urbano. En août 2010, des hommes non identifiés ont de nouveau tiré sur José Luis Urbano.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit