Écrire Un défenseur des droits humains en danger

Pour AGIR : envoyez un message aux autorités haïtiennes et à l’ambassade de la République d’Haïti en copiant-collant le modèle de lettre ci-dessous à : nahomme.dorvil@presidence.ht et ambassade@amb-haiti.be
Mettez dans l’objet de votre email le nom de la personne pour qui vous écrivez : Milostène Castin

Milostène Castin défend les droits des paysans pratiquant une agriculture de subsistance qui sont la cible de saisies de terres, de déplacements, de faits de corruption et d’attaques violentes dans le nord-est d’Haïti.

Ses activités militantes ont valu à Milostène Castin de nombreuses attaques et tentatives d’intimidation. À la fin de l’année 2020, des hommes armés, à plusieurs reprises, ont tiré des coups de feu à proximité de son domicile et brisé les vitres de sa maison. Un homme non identifié a également tenté plusieurs fois d’aller chercher un des enfants de Milostène Castin à l’école, et le militant pense qu’il s’agissait de tentatives d’enlèvement. Le 12 mai 2021, Milostène Castin a reçu des menaces de mort.

Amnesty International appelle les autorités à le protéger, dans le respect de ses souhaits.

Milostène Castin est un militant et le coordonnateur de l’organisation AREDE (Action pour la reforestation et la défense de l’environnement) à Trou-du-Nord, une ville située dans le nord-est d’Haïti. Depuis 2013, cette organisation fait campagne contre les saisies de terres, les actes d’intimidation et les déplacements forcés infligés à des paysans pratiquant une agriculture de subsistance par des groupes armés soupçonnés d’avoir des liens avec des groupes d’intérêt économiques et avec les pouvoirs publics. En conséquence, des bandes armées ont tenté à maintes reprises d’agresser voire de tuer Milostène Castin. Il a notamment été poignardé par des hommes armés lors d’une manifestation pacifique en 2019, année au cours de laquelle des manifestations contre la corruption et l’impunité ont été violemment réprimées un peu partout dans le pays.

En 2020, alors qu’un nombre croissant de paysans pratiquant une agriculture de subsistance étaient confrontés à des expropriations, des menaces et des violences, Milostène Castin a soutenu leurs revendications au moyen de documents et d’activités de plaidoyer, et a organisé des manifestations pacifiques. Le 10 octobre, après l’une de ces manifestations, six hommes sont restés devant le domicile de Milostène Castin pendant plusieurs heures, se sont mis à tirer des coups de feu autour de la maison et ont brisé une vitre alors que cet homme et sa famille se trouvaient à l’intérieur. Par la suite, toujours en octobre, un homme s’est présenté à trois reprises à l’école d’un des enfants de Milostène Castin et a dit au personnel de l’établissement qu’il venait chercher l’enfant, en appelant celui-ci par son nom. Il s’agissait manifestement d’une tentative d’enlèvement ou d’intimidation. L’enfant a dû être retiré de l’école pour le protéger.

Au cours des deux derniers mois de l’année 2020, des hommes armés se sont rendus régulièrement au domicile de Milostène Castin pendant la nuit et ont tiré des coups de feu à proximité. Cela s’est également produit le 31 décembre, et les hommes ont non seulement tiré des coups de feu devant la maison, mais aussi lancé des pierres et des bouteilles, brisant toutes les fenêtres et blessant un autre des enfants de Milostène Castin. Le militant a appelé la police, mais personne ne s’est présenté pour protéger la famille et arrêter les assaillants.

Depuis lors, Milostène Castin et sa famille ont dû quitter leur foyer et ses enfants ne peuvent pas aller à l’école, pour leur propre sécurité. Après son départ, des hommes armés à sa recherche ont continué à venir à son domicile pendant quelques temps.

Le 12 mai 2021, une personne affiliée au parti au pouvoir a dit à Milostène Castin que des représentants de l’État « voulaient sa mort » parce qu’il avait pris la défense d’agriculteurs appartenant à une communauté menacée d’expropriation. En raison d’informations qu’il a reçues d’interlocuteurs fiables, Milostène Castin pense que ces attaques sont motivées par ses activités militantes en faveur des agriculteurs de subsistance dépossédés et que les assaillants ont des liens avec les pouvoirs publics et avec des acteurs économiques.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur le Président de la République,

Je vous écris pour vous faire part de mon inquiétude pour la sécurité de Milostène Castin, défenseur des droits humains et coordonnateur de l’AREDE (Action pour la reforestation et la défense de l’environnement), une organisation basée à Trou-du-Nord, qui défend les droits des paysans pratiquant une agriculture de subsistance et des petits agriculteurs contre les saisies de terres, les déplacements forcés et les attaques violentes.

Cela fait près de 10 ans que Milostène Castin fait l’objet d’attaques et de tentatives d’intimidation répétées qu’il attribue à ses activités militantes. Ces attaques se sont intensifiées au cours des deux derniers mois de l’année 2020. En effet, à plusieurs reprises, un groupe d’hommes armés s’est rendu à son domicile et a tiré des coups de feu. Ils ont brisé les vitres à deux reprises, blessant un de ses enfants à l’une de ces occasions. Un homme non identifié s’est également présenté à l’école d’un de ses enfants, dans le but semble-t-il d’enlever l’enfant ou d’intimider Milostène Castin. En conséquence, le militant et sa famille, craignant pour leur sécurité, ont été contraints de quitter leur domicile.

Bien qu’il ait signalé ces attaques aux autorités, Milostène Castin n’a bénéficié d’aucune protection et les attaques se sont poursuivies. Dernièrement, le 12 mai 2021, on a dit à Milostène Castin que des représentants de l’État « voulaient sa mort » parce qu’il avait pris la défense d’agriculteurs appartenant à une communauté menacée d’expropriation.

Je prie instamment votre gouvernement, ainsi que la Police nationale d’Haïti, de s’acquitter de l’obligation qui leur incombe de protéger Milostène Castin, dans le respect de ses souhaits, afin qu’il se sente en sécurité et qu’il puisse regagner son domicile et reprendre ses activités légitimes de défenseur des droits humains. J’appelle également à l’ouverture immédiate d’une enquête indépendante pour trouver et poursuivre les responsables des récents actes d’intimidation visant cet homme et sa famille. Je rappelle aux autorités haïtiennes qu’elles sont tenues de veiller à ce que les défenseurs des droits humains puissent mener leurs activités sans crainte de représailles, conformément à la Déclaration des Nations unies de 1998 sur les défenseurs des droits de l’homme.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération,

VOS APPELS : français . Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit