Écrire Un défenseur des droits humains en grève de la faim

Khaled al Omair, défenseur des droits humains, a entamé une grève de la faim le 6 octobre pour protester contre son maintien en détention. Il devait être libéré le 5 octobre après avoir purgé sa peine de huit ans d’emprisonnement. Cet homme est un prisonnier d’opinion.

Le 6 octobre, Khaled al Omair, défenseur des droits humains et agent de sécurité à la retraite, a entamé une grève de la faim pour protester contre son maintien en détention malgré l’expiration de sa peine. Il devait être libéré le 5 octobre après avoir passé huit ans en prison, mais il est toujours détenu pour des raisons inconnues dans le camp de prisonniers politiques d’al Hair, à Riyadh (la capitale saoudienne). Amnesty International croit savoir que cet homme souffre de plusieurs problèmes de santé chroniques, notamment des problèmes cardiaques et rénaux pour lesquels il suit un traitement.

Le 15 mai 2011, le Tribunal pénal spécial de Riyadh a déclaré Khaled al Omair coupable de plusieurs infractions, notamment d’appel et incitation à manifester et d’encouragement à la manifestation sur Internet, et l’a condamné à huit ans de prison suivis d’une interdiction de voyager de la même durée. Il n’a pas eu le droit de s’entretenir avec un avocat pendant son procès ni pendant sa détention provisoire. Il a indiqué qu’il avait été torturé et qu’il avait subi d’autres mauvais traitements. Il a notamment déclaré qu’il avait été détenu à l’isolement pendant de longues périodes et qu’on lui avait bandé les yeux pendant plusieurs heures avant ses interrogatoires en détention provisoire.

Khaled al Omair a été arrêté le 1er janvier 2009 dans la rue al Naheda, à Riyadh, où une manifestation contre l’offensive militaire israélienne à Gaza devait avoir lieu. Il a été arrêté avant le début de la manifestation. Il a d’abord été placé en détention dans la prison générale d’al Hair, avant d’être transféré dans le camp de prisonniers politiques d’Al Hair en décembre 2009, où il a été détenu à l’isolement pendant les sept premiers mois, après que les autorités carcérales l’ont suspecté d’avoir divulgué une vidéo d’un prisonnier qui aurait été torturé.

Khaled al Omair et Mohammed al Otaibi, qui est lui aussi un défenseur des droits humains et un prisonnier d’opinion, ont été arrêtés le 1er janvier 2009 après avoir participé à l’organisation d’une manifestation contre la campagne militaire israélienne « Opération Plomb durci » contre la bande de Gaza. Les deux hommes ont été arrêtés avant le début de la manifestation dans la rue al Naheda, à Riyadh, d’où elle devait partir.

Les autorités saoudiennes n’ont jamais toléré aucune manifestation et les personnes qui essayent d’en organiser ou d’y participer sont souvent arrêtées et détenues au secret sans inculpation et n’ont pas la possibilité de contester la légalité de leur détention devant un tribunal. À la suite d’une manifestation contre l’offensive militaire israélienne lancée le 27 décembre 2008 dans la bande de Gaza, un porte-parole du ministère saoudien de l’Intérieur aurait annoncé de manière explicite le 30 décembre de la même année que les manifestations étaient interdites en Arabie saoudite.

En réponse aux manifestations en faveur de réformes qui devaient avoir lieu début 2011, le ministère de l’Intérieur a réaffirmé l’interdiction totale des manifestations publiques dans une annonce le 5 mars 2011. Les personnes enfreignant cette interdiction sont inculpées pour avoir « appelé à des manifestations ou y avoir participé » et pour avoir « désobéi au souverain » et risquent l’emprisonnement. Dans certains cas, les autorités ont condamné des manifestants pacifiques à des peines plus lourdes en les accusant en plus d’« incitation à la violence », d’« incitation du peuple à agir contre les autorités » et même de « recours à la violence », alors que rien ne permet de vérifier la véracité de ces accusations.

Début 2011, un groupe anonyme de militants saoudiens a créé une page Facebook appelée « Les personnes qui veulent renverser le régime ». Ce groupe demandait que les membres du Conseil consultatif soient élus et réclamait un pouvoir judiciaire indépendant, la libération de tous les prisonniers politiques, la possibilité d’exercer le droit à la liberté d’expression et de réunion et l’abolition de toutes les taxes.

Le 4 mars 2011 à Riyadh, après la prière du vendredi, un rassemblement a eu lieu en guise de répétition avant une manifestation de grande ampleur, la « Journée de colère », prévue le 11 mars. Khaled al Johani, enseignant et unique manifestant à avoir atteint le lieu de la manifestation de la « Journée de colère » prévue à Riyadh le 11 mars, a été arrêté quelques minutes après avoir donné une interview à BBC Arabic, dans laquelle il parlait du manque de libertés en Arabie saoudite. Il a été jugé devant le Tribunal pénal spécial de Riyadh en février 2012, après un an de détention, et a été inculpé de plusieurs infractions.

Selon des sources sur place, ces infractions comprenaient le fait d’avoir « soutenu des manifestations », d’avoir « été présent sur le lieu d’une manifestation » et d’avoir « communiqué avec des médias étrangers d’une manière préjudiciable à la réputation du royaume d’Arabie saoudite ». Khaled al Johani est sorti de prison le 8 août 2012. Amnesty International ne connait pas les conditions de sa libération ni son statut juridique exact.

Depuis 2012, les autorités saoudiennes prennent systématiquement pour cible les militants de la société civile et les défenseurs des droits humains et utilisent aussi bien les tribunaux que d’autres mesures administratives telles que des interdictions de voyager afin de les harceler, de les intimider et d’entraver leur travail de défense des droits humains. Début 2014, la plupart des défenseurs des droits humains influents et indépendants d’Arabie saoudite étaient en prison ou réduits au silence, ou avaient fui le pays. La majorité d’entre eux avaient déjà fait l’objet d’interdictions de voyager arbitraires, ainsi que d’actes d’intimidation et de harcèlement de la part des forces de sécurité – notamment la Direction générale des enquêtes (également appelée al Mabahith), qui dépend du ministère de l’Intérieur – avant d’être jugés et condamnés à de lourdes peines.

La répression systématique des défenseurs des droits humains et des militants s’inscrit dans le cadre d’une vaste campagne menée par le gouvernement pour réduire au silence ses détracteurs afin de les empêcher de révéler, directement ou indirectement, les violations des droits humains commises par ses représentants. Cette répression cible notamment des militants qui luttent pour les droits des femmes, des proches de victimes d’atteintes aux droits humains, des chiites saoudiens dissidents qui dénoncent la discrimination dont ils font l’objet et toutes les personnes qui communiquent avec des organisations internationales de défense des droits humains telles qu’Amnesty International.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit