Écrire Des défenseurs des droits humains agressés

Un groupe de personnes cagoulées ont frappé le pare-brise avant et une vitre latérale du véhicule qui transportait les défenseurs des droits humains Raquel Sánchez et Oscar Alfredo Ríos Santos, de l’organisation Foro Penal Venezolano (Forum pénal vénézuélien). Raquel Sánchez a été gravement blessée par un coup reçu à la tête. Il est à craindre que cette agression n’ait eu pour but d’empêcher Raquel Sánchez et Oscar Ríos de mener leur travail légitime en faveur des droits humains.

Le soir du 6 juin 2016, Raquel Sánchez et Oscar Alfredo Ríos Santos étaient en voiture dans le centre-ville de San Cristobal (État de Táchira, dans le sud-ouest du pays), lorsqu’ils ont vu trois personnes cagoulées s’approcher d’eux. Ces personnes ont alors frappé le pare-brise avant et la vitre droite avant du véhicule à l’aide d’objets contondants. Les mêmes agresseurs ont frappé Raquel Sánchez à la tête. Le coup lui a causé une lésion sur le sommet du crâne.

Amnesty International a reçu des informations indiquant clairement que des groupes anonymes ainsi que des responsables de l’application des lois ont attaqué Raquel Sánchez par le passé, dans l’objectif de la dissuader de poursuivre son action légitime, légale et non violente en faveur des droits humains.

Amnesty International déplore que dans le contexte actuel de crise sur le terrain des droits humains au Venezuela et de montée de la protestation dans différentes régions du pays, des personnes exerçant leur droit légitime de manifester pacifiquement font l’objet d’attaques, et que des groupes non identifiés cherchent à intimider et dissuader d’agir les avocats et organisations non gouvernementales œuvrant pour la défense des personnes arrêtées.

Raquel Sánchez et Oscar Alfredo Ríos Santos font partie de l’organisation non gouvernementale Foro Penal Venezolano (Forum pénal vénézuélien). Raquel Sánchez officie comme coordinatrice dans l’État de Táchira, où cette organisation s’efforce de défendre et d’assister les victimes de violations des droits humains durant leurs procès. Raquel Sánchez est une militante des droits humains de renom, ayant excellé dans la défense d’étudiants et de personnes frappées par la pauvreté qui ont manifesté pacifiquement dans l’État de Táchira, en particulier après février 2014, quand des violations massives des droits humains ont été commises dans cet État. En raison de son travail de défenseure des droits humains, Raquel Sánchez est harcelée par la police, et est victime d’actes d’intimidation et de menaces anonymes depuis 2014.

À plusieurs occasions, de hauts représentants des autorités vénézuéliennes ont fait à la télévision publique des déclarations attaquant le travail effectué par le Forum pénal vénézuélien et ses responsables, en particulier Alfredo Romero, qui a été pris pour cible à plusieurs reprises et été victime d’agressions visant à l’intimider. La Commission interaméricaine des droits de l’homme a donc demandé à l’État vénézuélien d’adopter des mesures conservatoires en sa faveur en mars 2015. De même, en avril 2015, Horacio Giusti, journaliste et contributeur au Forum pénal vénézuélien, a été menacé à deux reprises et passé à tabac après avoir organisé des événements publics pour le Forum pénal ; le directeur de cette organisation a subi des agressions similaires.

Les risques et la position de vulnérabilité que connaissent les défenseurs des droits humains au Venezuela ont été dénoncés devant plusieurs mécanismes internationaux de protection des droits humains, notamment le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, le rapporteur spécial des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme, le Comité des droits de l’homme des Nations unies et la Commission interaméricaine des droits de l’homme, qui ont condamné les attaques.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit