Écrire Le droit à un procès équitable d’un député est menacé

Juan Requesens, député de l’Assemblée nationale vénézuélienne, se trouve en détention provisoire depuis qu’il a été arrêté de manière arbitraire le 7 août 2018.

Quatorze mois plus tard, l’audience de son procès devrait avoir lieu, lundi 25 novembre 2019. Le système judiciaire au Venezuela ne respecte pas du tout les délais de procédure ni le droit d’être jugé de manière équitable dans un délai raisonnable. Les juges repoussent constamment les audiences sans excuse valable, lorsque les policiers refusent de transférer les accusés au tribunal ou lorsque les procureurs ne se présentent pas devant la cour.

Nous demandons que Juan Requesens soit jugé dans le cadre d’un procès équitable, dans un délai raisonnable.

Juan Requesens a été placé en détention arbitraire le 7 août 2018, après avoir fait une déclaration vigoureuse en tant que représentant de l’Assemblée nationale contre le gouvernement de Nicolás Maduro. En l’absence d’une décision judiciaire, il a pourtant été interpellé à son domicile, tard dans la soirée, avec sa sœur Rafaela Requesens, libérée quelques heures plus tard. La procédure visant à lever son immunité parlementaire s’est avérée prématurée, arbitraire et illégale.

Le gouvernement de Nicolás Maduro a diffusé une vidéo dans laquelle Juan Requesens aurait reconnu sa participation à certains faits qui seraient liés à une attaque de drone contre Nicolás Maduro, le 5 août 2018. Cette vidéo a été enregistrée lorsque Juan Requesens était détenu au secret et isolé. Selon son avocat, il ne se souvient pas de l’avoir enregistrée et, du fait de son apparence, sa famille soupçonne qu’il était sous l’effet d’une drogue quelconque qui explique ses déclarations et ses soi-disant « aveux ».

Cette vidéo ne figure pas au dossier judiciaire. Cependant, il est traité comme si ces « aveux » étaient réels et comme si le discours délivré le jour de son arrestation pouvait avoir incité d’autres personnes à commettre des infractions. Son audience préliminaire a été reportée à quatre reprises et les investigations de l’accusation ont duré huit mois, alors que son avocat n’a eu que quelques minutes pour présenter ses arguments.

Les arrestations motivées par des considérations politiques font partie intégrante de la politique de répression mise en œuvre par Nicolás Maduro depuis son accession à la présidence. Les ONG locales recensent plus de 15 000 détentions arbitraires au cours des dernières années. Les conditions de détention sont souvent inhumaines et ces affaires sont souvent émaillées d’allégations de torture visant à obtenir des « aveux ».

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit