Écrire Il faut protéger les défenseur.es de l’environnement en danger

Le 8 février, des personnes non identifiées ont distribué des tracts menaçants à proximité du domicile de Luis Alberto González López, dans la ville de Barrancabermeja, laissant 72 heures à cet homme pour quitter le territoire, sans quoi il deviendait un objectif militaire.

Luis González López est le vice-président de la FEDEPESAN, une organisation de défense de l’environnement de la région du Magdalena Medio (centre de la Colombie). Le texte était signé par l’Armée de libération nationale (ELN). Depuis septembre 2020, des groupes armés ont envoyé des menaces de mort à au moins cinq reprises aux membres de la FEDEPESAN.

Amnesty International appelle le ministère de l’Intérieur à prendre des mesures de protection collective en faveur des membres de la FEDEPESAN, après consultation de ces personnes et avec leur accord.

La Fédération des pêcheurs artisanaux, écologistes et touristiques du département de Santander (FEDEPESAN) est une organisation qui défend l’environment dans le département de Santander. La FEDEPESAN a dénoncé publiquement la pollution de la Ciénaga San Silvestre, dans la municipalité de Barrancabermeja (nord-est de la Colombie). La Ciénaga San Silvestre alimente en eau quelque 300 000 habitant.es de la région du Magdalena Medio.

En raison de leurs activités, plusieurs membres de la FEDEPESAN ont été la cible de menaces de mort et d’atteintes à leur sécurité. Voici certains des derniers événements qui les ont touchés :
• Le 13 septembre 2020, Luis Alberto González (vice-président de la FEDEPESAN) a trouvé à proximité de son domicile une petite boîte contenant un crapaud dont la gorge avait été tranchée et une note comportant le texte suivant : « Tu vas bientôt mourir. De la part de l’ELN ».

• Le 14 octobre 2020, des personnes armées non identifiées ont suivi Luis Alberto González dans ses déplacements dans la zone rurale de la municipalité de Barrancabermeja.

• Le 20 janvier 2021, des inconnus se sont approchés du domicile de Yuly Andrea Velasquez Briceño, la présidente de la FEDEPESAN, et ont tiré des coups de feu. Yuly Andrea Velasquez Briceño était chez elle avec ses proches ; ils se sont cachés pendant qu’ils appelaient la police. Les inconnus armés sont partis avant l’arrivée des forces de l’ordre.

• Le 4 novembre 2020, 14 dirigeants écologistes régionaux, dont le vice-président de la FEDEPESAN, Luis Gonzalez, ont reçu un tract, émanant semble-t-il du groupe armé Black Eagles, dont le message était le suivant : « Vous avez 24 heures pour quitter le territoire, sans quoi vous serez déclarés objectifs militaires et tués par nos unités. »

La Colombie est le pays le plus dangereux au monde pour les personnes qui défendent la terre, le territoire et l’environnement. Les défenseur.es des droits humains risquent leur vie chaque jour pour protéger les populations et défendre les ressources naturelles. Du fait de leurs activités, la vie de leurs proches est également en danger.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit