Écrire Un jeune défenseur des droits humains tué par balle

Jeremy Abraham Barrios Lima, un défenseur des droits humains guatémaltèque, a été assassiné le 12 novembre. Il était assistant du directeur exécutif du Centre guatémaltèque d’action environnementale, sociale et juridique (CALAS).

Dans l’après-midi du 12 novembre, Jeremy Abraham Barrios Lima a été abattu de deux balles dans la tête par des agresseurs inconnus dans la ville de Guatemala, Zone 1, près d’un restaurant très connu. Les auteurs du crime n’ont volé aucun de ses effets personnels, parmi lesquels se trouvaient, entre autres, deux téléphones portables, sa carte d’identité et une carte bancaire.

D’après les informations fournies par le Centre guatémaltèque d’action environnementale, sociale et juridique (CALAS), Jeremy Abraham Barrios Lima n’avait reçu aucune menace au cours des jours précédant le meurtre. L’unité du Bureau du procureur général chargée des crimes contre la vie est responsable de l’enquête. Le CALAS a demandé que la responsabilité de l’enquête soit transférée à l’unité chargée des attaques contre des militants des droits humains.

Jeremy Abraham Barrios Lima était un ancien chef de file étudiant et un défenseur des droits humains. En tant qu’assistant du directeur exécutif du CALAS, il gérait des informations sensibles liées aux affaires très médiatisées que le CALAS porte devant la justice. L’enquête sur son meurtre doit envisager la possibilité qu’il ait été tué en représailles à son travail légitime en faveur des droits humains.

Le Centre guatémaltèque d’action environnementale, sociale et juridique (CALAS) est une organisation non gouvernementale guatémaltèque qui travaille à la défense et à la promotion du droit à un environnement sain et des droits des populations indigènes. Il apporte une représentation et une assistance juridiques à plusieurs communautés au Guatemala qui défendent les droits humains dans le cadre de projets d’exploration et d’exploitation des ressources naturelles.

Le 29 août 2011, Yuri Melini et Rafael Maldonado, respectivement directeur et conseiller juridique du CALAS, ont reçu des enveloppes contenant des documents identiques : une lettre de menaces, des documents du Bureau du contrôleur général et les photos d’identité de 18 hommes qui semblaient provenir de dossiers de la police.

Le 8 septembre 2008, des hommes masqués avaient tiré sur Yuri Melini, directeur du CALAS, vraisemblablement pour des raisons liées à son travail (voir AU 248/08, https://www.amnesty.org/fr/documents/amr34/021/2008/fr/). À la suite de cette agression, Yuri Melini et le CALAS se sont vu accorder une protection par l’État.

D’après l’organisation de la société civile UDEFEGUA, les défenseurs des droits humains travaillant sur des questions liées à l’environnement sont les militants qui sont le plus victimes d’attaques au Guatemala.

Pour plus d’informations, voir le rapport en anglais ‘We are defending the land with our blood’ : Defenders of the land, territory and environment in Honduras and Guatemala (https://www.amnesty.org/fr/documents/amr01/4562/2016/fr/).

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit