Écrire Un libanais disparu

Pour AGIR : copiez-collez le modèle de lettre ci-dessous dans le cadre bleu en l’adressant au King Salman bin Abdul Aziz Al Saud via l’e-mail du ministère des affaires étrangères : info@mofa.gov.sa et à l’ambassade d’Arabie Saoudite et en l’envoyant par email à : beemb@mofa.gov.sa

Vous pouvez aussi personnaliser votre email avant de l’envoyer, cela augmentera la probabilité qu’il arrive dans la boîte de réception du Roi d’Arabie Saoudite. Veillez à ce que votre courrier électronique soit respectueux et persuasif - n’utilisez pas de langage haineux. Expliquez que vous suivrez de près cette campagne et que vous en parlerez à d’autres personnes.

Pour que nous puissions faire un suivi des actions, merci de mettre action@amnesty.be en copie cachée (Cci) de votre mail.

Le 4 août 2021, Ali Maziad, un Libanais résidant en Arabie saoudite, a été enlevé à son domicile, à Riyad, la capitale du pays, par des hommes en civil. L’ambassade du Liban a fait savoir à sa famille, trois mois après sa disparition, qu’il était détenu par le service de la Sûreté de l’État. Il est depuis soumis à une disparition forcée et sa famille ne dispose d’aucune information sur le lieu où il se trouve et le sort qui lui a été réservé.

Amnesty International demande aux autorités saoudiennes de révéler immédiatement ce qu’il est advenu d’Ali Maziad et le lieu où il se trouve, de le libérer immédiatement et de veiller à ce qu’il ait accès à des soins médicaux et à une représentation juridique.

Amnesty International a rassemblé des informations sur plusieurs cas de personnes étrangères détenues de façon arbitraire par les autorités saoudiennes, poursuivies en justice sur la base d’accusations forgées de toutes pièces, et soumises à des procès iniques. Dix Égyptiens nubiens sont ainsi détenus depuis le 14 juillet 2020 et ils ont été déférés devant le Tribunal pénal spécial de Riyad pour avoir prévu un événement communautaire pacifique. Au moins deux de ces hommes sont âgés et ont des problèmes de santé.

Amnesty International appelle les autorités saoudiennes à libérer ces 10 hommes immédiatement et sans condition.

Dans une autre affaire, deux Palestiniens, Mohammed al Khudari, qui est âgé de 84 ans et qui souffre d’un cancer à un stade avancé, et son fils Hani al Khudari, ont été arrêtés le 4 avril 2019 et traduits devant le Tribunal pénal spécial pour avoir « rejoint une entité terroriste » – ce qui désigne semble-t-il les autorités de facto du Hamas – dans le cadre du procès collectif de 68 personnes. Les deux hommes sont maintenus en détention alors que leur peine d’emprisonnement a pris fin le 28 février 2022. Ils ont été privés de soins médicaux appropriés et de contacts avec leur famille.

Amnesty International appelle les autorités saoudiennes à libérer ces deux hommes immédiatement et sans condition.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit