Écrire Un militant de l’opposition risque d’être torturé

Azat Isakov

Pour AGIR : copiez-collez le modèle de lettre ci-dessous en l’adressant au Président de la République Gurbanguly Berdimuhamedov via l’e-mail suivant : turkmenistan@un.int et go.saparov@gmail.com sans oublier de mettre en copie l’ambassade du Turkménistan à Bruxelles, à l’adresse email suivante : turkmenistan@skynet.be

Mettez-nous en copie caché (Cci) : action@amnesty.be afin de pouvoir évaluer le nombre d’envois !

Vous pouvez aussi personnaliser votre email avant de l’envoyer, cela augmentera la probabilité qu’il arrive dans la boîte de réception du Procureur général. Veillez à ce que votre courrier électronique soit respectueux et persuasif - n’utilisez pas de langage haineux. Expliquez que vous suivrez de près cette campagne et que vous en parlerez à d’autres personnes.

Azat Isakov, un militant turkmène du mouvement d’opposition Turkmenia, Unite ! (« Turkménie, unissons-nous ! »), a été porté disparu en Russie le 20 octobre et serait réapparu plus tard au Turkménistan.

Selon une déclaration de Turkmenia, Unite !, il est détenu au secret dans le service du ministère de la Sécurité nationale à Turkmenabat, dans le nord-est du Turkménistan.

Le lieu où il se trouve et ce qu’il est advenu de lui doivent être confirmés par les autorités.

Azat Isakov risque à tout moment d’être soumis à des actes de torture et à d’autres mauvais traitements. Il doit être libéré immédiatement.

Turkmenia, Unite ! (« Turkménie, unissons-nous ! ») est un mouvement d’opposition qui critique activement le gouvernement turkmène sur les réseaux sociaux. Ce groupe publie, sur ses pages Facebook et YouTube, des vidéos dans lesquelles il met en lumière les problèmes sociaux au Turkménistan et appelle le président Gourbangouly Berdymoukhamedov à satisfaire les besoins de la population. Turkmenia, Unite ! a commencé à s’exprimer haut et fort après des événements survenus en 2020 : en mars, un grand nombre de migrants turkmènes travaillant en Turquie avaient été victimes d’empoisonnement et en avril, une violente tempête avait fait des ravages dans la région de Lebap.

Les parents, l’épouse et les enfants d’Azat Isakov vivent au Turkménistan. Depuis qu’il mène des activités militantes en ligne, ils disent recevoir des menaces émanant du ministère de la Sécurité nationale. Le 24 juillet 2020, des agents de ce ministère ont saisi leurs téléphones pour enquêter sur le lieu où se trouvait Azat Isakov. Le surlendemain, une des chaînes YouTube favorables aux autorités indiquait que celles-ci connaissaient son adresse en Russie. Peu après, Azat Isakov a commencé à recevoir des menaces et des messages exigeant son retour au Turkménistan. Il craignait de faire l’objet de persécutions et après s’être fait voler ses papiers, il a refusé de se rendre auprès des services russes de l’immigration pour renouveler son permis de travail. Le 15 septembre, la police russe a arrêté Azat Isakov, mais elle l’a relâché après deux jours de garde à vue.

Le 20 octobre, Azat Isakov a disparu sans laisser de traces, et son retour au Turkménistan a été signalé le 22 octobre.

Des militante·s de Turkmenia, Unite ! ont diffusé une déclaration sur la chaîne YouTube du mouvement, dans laquelle ils affirment qu’Azat Isakov est détenu au secret dans la 6e division des services de police de Turkmenabat, tristement célèbre pour ses poursuites à l’encontre de personnalités de l’opposition et de journalistes, ainsi que pour son recours à la torture.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit