Écrire Une militante des droits humains en résidence surveillée

Le 23 janvier, Anastasia Chevtchenko, une militante des droits humains du mouvement Open Russia vivant à Rostov-sur-le-Don (sud de la Russie), a été placée en résidence surveillée. Si elle est déclarée coupable, elle encourt jusqu’à six ans d’emprisonnement. C’est la première fois que les autorités russes engagent une procédure pénale au titre de la loi répressive sur les « organisations indésirables ».

Il s’agit d’un précédent inquiétant, qui risque d’ouvrir la voie à des poursuites contre des centaines de membres d’Open Russia à travers le pays. Anastasia Chevtchenko est une prisonnière d’opinion. Elle doit être libérée immédiatement et sans condition.

Anastasia Chevtchenko est une militante des droits humains de premier plan. Au-delà de son travail pour Open Russia, elle mène des activités bénévoles pour d’autres organisations de défense des droits humains, notamment Amnesty International, et pour des groupes favorables à la démocratie.

Le 21 janvier, Anastasia Chevtchenko a été arrêtée et inculpée de « participation répétée aux activités d’une organisation indésirable ». Au même moment, la police a fait des descentes aux domiciles de sept autres militants d’Open Russia, à Rostov-sur-le-Don, à Kazan et à Oulianovsk (Russie centrale).

Ce n’est pas la première fois qu’Anastasia Chevtchenko, mère célibataire de trois enfants, est prise pour cible en raison des activités pacifiques qu’elle mène en faveur des droits humains. En 2018, elle a été condamnée à des amendes à maintes reprises en raison de son travail pour Open Russia.

La Loi sur les « organisations indésirables » - au titre de laquelle Anastasia Chevtchenko a été inculpée - érige en infraction la participation à toute activité d’une organisation étrangère dès lors que le parquet a statué que celle-ci était « indésirable » au motif qu’elle menacerait « l’ordre constitutionnel, le potentiel de défense [du pays] ou la sécurité de l’État ». Une telle décision revient de fait à interdire toute activité menée en Russie par une telle organisation ou en coopération avec elle. Cette loi, adoptée en mai 2015, fait partie des mesures récemment prises par les autorités russes pour réprimer la liberté d’association et d’expression (pour plus d’informations, voir le document suivant (en anglais) : https://www.amnesty.org/en/documents/eur46/2223/2015/en/). Elle a été utilisée arbitrairement pour bannir de Russie un certain nombre d’organisations étrangères, qui pour la plupart apportaient des fonds à la société civile.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit