Écrire Des militants arrêtés quelques heures avant une opération « ville morte »

Six militants du mouvement de jeunes Lutte pour le changement (LUCHA) ont été arrêtés à Goma quelques heures avant une opération « ville morte » menée à l’instigation de l’opposition et de la société civile. L’objectif de l’opération était de protester contre le retard pris dans l’organisation de l’élection présidentielle de 2016 en République démocratique du Congo (RDC).

Six militants du mouvement de jeunes LUCHA ont été arrêtés le 16 février au petit matin à Goma. Des agents armés des forces de sécurité ont fait irruption dans la maison où Rebecca Kavugho, Serge Sivyavugha, Justin Kambale Mutsongo, Melka Kamundu, John Anipenda et Ghislain Muhiwa s’étaient réunis. Ces militants préparaient des tracts pour l’opération « ville morte » sur lesquels étaient inscrits des messages appelant le gouvernement à faire en sorte que les élections législatives de 2016 se tiennent dans les délais prévus par la Constitution.

Le 17 février, les autorités ont annoncé qu’ils comparaîtraient le lendemain au tribunal de grande instance de Goma dans le cadre d’une procédure accélérée, qui s’applique en cas de flagrant délit.

À la première audience, le tribunal a identifié les six prévenus et le procureur a présenté les éléments à charge. Les militants ont été inculpés d’incitation à la haine raciale et d’appartenance à une organisation criminelle. Le procès devait reprendre le 19 février à midi.

Amnesty International considère les six prévenus comme des prisonniers d’opinion, détenus uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits aux libertés d’expression et de réunion.

Joseph Kabila est devenu président de la RDC à la mort de son père en 2001. Par la suite, il a remporté les élections présidentielles de 2006 et 2011. La Constitution de la RDC limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. À l’approche de l’élection de novembre 2016, les personnes réclamant le départ de Joseph Kabila sont de plus en plus nombreuses tandis que le gouvernement tâche de les réduire au silence.

Des dirigeants de l’opposition et des organisations de la société civile ont appelé à participer à une opération « ville morte » le 16 février. Ils ont demandé à la population de ne pas sortir pour protester contre le retard pris dans l’organisation de l’élection présidentielle, qui doit se tenir fin 2016. LUCHA soutenait l’opération.
LUCHA est un mouvement de jeunes créé en 2012 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (RDC). Il est connu pour ses actions pacifiques. Il organise des sit-in, des manifestations et d’autres interventions pour réclamer le respect des droits de ses membres et des autres Congolais. Il ne cesse d’appeler à respecter les délais d’organisation des élections et le nombre maximal de mandats prévus par la Constitution.

Les autorités accusent LUCHA d’être un groupe criminel dont l’objectif serait de troubler l’ordre public. Au moins 19 membres et sympathisants sont détenus actuellement.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit