Écrire Quatre personnes arrêtées pour avoir soutenu un avocat détenu

Quatre militants ont été arrêtés après s’être rassemblés devant un tribunal de Pékin pendant le procès de l’éminent avocat spécialiste des droits humains, Pu Zhiqiang. On ignore quelles accusations pèsent contre eux et ils n’ont pas été autorisés à contacter leurs avocats ou leur famille. On est également sans nouvelles de plusieurs autres militants qui ont été arrêtés et on craint qu’ils ne soient aussi en détention.

Le 14 décembre, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le tribunal populaire n° 2 de Pékin en soutien à Pu Zhiqiang, dont un certain nombre de personnes qu’il avait représentées. Pu Zhiqiang était jugé pour « incitation à la haine ethnique » et pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public », sur la base principalement de sept publications sur les réseaux sociaux dans lesquelles il critiquait le gouvernement. Environ 20 personnes ont été arrêtées par des policiers en civil. Certaines ont été libérées plus tard, mais les militants Zhang Zhan, Wang Su’e, Qu Hongxia et Ran Chongbi sont toujours en détention au centre de détention de Fengtai, à Pékin. On est également sans nouvelles de plus de 12 personnes qui avaient été arrêtées et il est à craindre qu’elles ne soient en détention.

Selon des témoins, ces personnes ont été arrêtées par la police alors que le rassemblement était pacifique. Des diplomates étrangers et des journalistes ont également été impliqués dans des échauffourées avec la police devant le tribunal et n’ont pas été autorisés à entrer.

Les quatre détenus n’ont pas été autorisés à contacter leurs avocats et lorsque d’autres militants ont essayé de leur amener de l’argent et des vêtements, la police du centre de détention a refusé de les laisser entrer.

L’éminent avocat spécialiste des droits humains, Pu Zhiqiang, avait été placé en détention le 6 mai 2014, après avoir participé à un séminaire, à Pékin, appelant à l’ouverture d’une enquête sur la répression de Tiananmen en 1989. Son procès a été entaché d’irrégularités de procédure à répétition : il a notamment été maintenu en détention provisoire de manière prolongée, s’est vu refuser l’accès à des soins médicaux adéquats et le parquet a refusé de divulguer des éléments de preuve à son encontre à ses avocats.

Il a représenté des personnes dans plusieurs affaires « sensibles » de droits humains, dont celles liées au « Mouvement des nouveaux citoyens », un réseau informel de militants dont l’objectif est de promouvoir la transparence au niveau du gouvernement et de dénoncer des faits de corruption.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit