Écrire Un Tchétchène victime d’une disparition forcée

Le 31 mars, deux hommes en uniforme se sont présentés au domicile de Khoussein Betelgueriev, à Grozny, et l’ont emmené. Ce célèbre auteur-compositeur-interprète de Tchétchénie, en Fédération de Russie, est porté disparu depuis et sa vie est peut-être en danger.

Dans la soirée du 31 mars, deux hommes en uniformes noirs non identifiables, qui seraient des agents des forces de l’ordre tchétchènes, sont arrivés dans une voiture noire immatriculée VAZ-2109 au domicile de Khoussein Betelgueriev à Grozny, capitale de la République tchétchène, en Fédération de Russie. Ils lui ont ordonné de venir avec eux et ont refusé de dire à sa femme où ils l’emmenaient. Lorsque son épouse a tenté d’appeler Khoussein Betelgueriev sur son portable 15 minutes plus tard, personne n’a répondu. On est sans nouvelles de lui depuis cette date.

Le 2 avril, l’épouse de Khoussein Betelgueriev a signalé sa disparition à la police. Les médias ont fait largement écho à cette disparition. Le 4 avril, le Comité d’enquête pour la République tchétchène (agence en charge des enquêtes criminelles) a déclaré sur son site Internet qu’il examinait les informations relatives à son enlèvement.
Deux autres Tchétchènes, Rizvan Ibraghimov et Aboubakar Didiev, ont disparu le 1er avril dans des circonstances similaires et tous deux ont « réapparu » le 5 avril. On a appris qu’ils avaient été détenus dans un poste de police local et libérés après avoir assisté à une rencontre avec le leader tchétchène Ramzan Kadirov. Celui-ci s’est exprimé au sujet de cette rencontre sur son compte Instagram le jour même, affirmant que Rizvan Ibraghimov et Aboubakar Didiev avaient « présenté des excuses à la communauté universitaire et aux dirigeants religieux de Tchétchénie », pour certaines de leurs publications. On reste sans nouvelles de Khoussein Betelgueriev.

Khoussein Betelgueriev est un célèbre auteur-compositeur-interprète tchétchène. Il travaillait également à l’Université d’État de Tchétchénie, où il supervisait l’enseignement des langues étrangères, jusqu’à son renvoi en 2015. On ignore quelles sont les raisons de sa disparition forcée présumée.
Ces derniers mois, plusieurs personnes ont disparu pendant quelques temps en Tchétchénie après avoir critiqué publiquement les autorités. Certaines sont réapparues après avoir présenté des excuses publiques au dirigeant tchétchène nommé par le Kremlin, Ramzan Kadirov, pour leurs « erreurs ». D’autres victimes de disparitions forcées présumées sont toujours portées disparues. Dans une affaire récente, au moins, la personne disparue a été retrouvée morte. Khizir Ejiev, enseignant à l’Université technique d’État de Grozny, a été arrêté le 22 décembre 2015 par des responsables de l’application de lois à une station-service. Son cadavre a été retrouvé dans une forêt le 1er janvier 2016. Au cours des dernières années, plusieurs cas de disparitions forcées ont été signalés en Tchétchénie, et aucun n’a fait l’objet d’une enquête digne de ce nom.
Rizvan Ibraghimov et Aboubakar Didiev se sont fait connaître en Tchétchénie pour leurs publications proposant une interprétation non conventionnelle de l’histoire du peuple tchétchène et de l’islam. Fin mars 2016, ils ont été convoqués à une rencontre avec des dignitaires religieux tchétchènes, qui les ont critiqués pour leurs publications. Tous deux ont été appréhendés à leur domicile par des agents tchétchènes le 1er avril ; jusqu’au 5 avril, personne ne savait où ils se trouvaient. Ce jour-là, ils ont assisté à une rencontre organisée par Ramzan Kadirov avec des universitaires et des leaders d’opinion tchétchènes. Dans une vidéo de cet événement, on peut les voir présenter leurs excuses aux participants de cette rencontre pour leurs « erreurs ». Après cela, ils ont tous deux pu retrouver leurs familles. Par la suite, Rizvan Ibragimov a écrit sur les réseaux sociaux qu’il avait passé les jours où il avait « disparu » au poste de police du district de Lénine, à Grozny, et a affirmé qu’il n’avait été ni enlevé ni maltraité. Cependant, il était clair dans son message qu’il n’avait pas été autorisé à partir tant qu’il n’avait pas assisté à la rencontre avec Ramzan Kadirov. Les autorités tchétchènes n’ont pas répondu aux informations faisant état de l’arrestation arbitraire et de la détention illégale de Rizvan Ibraghimov et Aboubakar Didiev.

Nom : Khoussein Betelgueriev

Homme

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit