Écrire Un ancien membre du gouvernement détenu au secret

Mamadou Sajo Jallow, ancien ministre adjoint des Affaires étrangères, est détenu au secret depuis plus de deux mois à l’Agence nationale de renseignement (NIA) ; il est privé d’avocat et coupé de sa famille. Il est toujours derrière les barreaux alors qu’un tribunal a autorisé sa libération sous caution.

Mamadou Sajo Jallow a été démis de ses fonctions de ministre adjoint des Affaires étrangères le 1er septembre. Le lendemain matin, des hommes en civil sont allés le chercher à son domicile et l’ont emmené dans le quartier de Kerr Serign, à Banjul. Il s’agissait, semble-t-il, d’agents de la NIA. Malgré plusieurs tentatives, sa famille et son avocat ne peuvent pas le contacter ni lui rendre visite. Pourtant, ils savent de source non officielle qu’il est détenu au siège de la NIA. Mamadou Sajo Jallow n’a pas été inculpé ni déféré à un tribunal.

Le 28 septembre, son avocat a saisi la Haute Cour siégeant à Banjul afin qu’il soit relâché par la NIA et obtienne une libération sous caution. Le 17 octobre, le juge Otaba, de la Division pénale spéciale de la Haute Cour, a autorisé la libération de Mamadou Sajo Jallow moyennant une caution de 200 000 dalasi (environ 4 587 dollars des États-Unis) avec deux garants. Les garants, nécessairement de nationalité gambienne et vivant en Gambie, doivent présenter des titres de propriété correspondant à un patrimoine équivalent au montant de la caution. De plus, il faut que Mamadou Sajo Jallow remette ses documents de voyage au greffier principal de la Haute Cour. Or, les deux hommes qui l’ont arrêté les ont emportés.

Avant l’arrestation de Mamadou Sajo Jallow, des inconnus sont entrés chez lui par effraction à plusieurs reprises. La dernière fois, le 1er septembre, son ordinateur portable et des documents personnels ont disparu.
Amnesty International craint pour la sécurité de Mamadou Sajo Jallow.

Mamadou Sajo Jallow, ambassadeur de Gambie auprès de l’Union africaine (UA) de 2008 à 2015, a été nommé ministre adjoint des Affaires étrangères le 24 août. Son épouse, Jainaba Bah, est une fervente partisane du Parti démocratique unifié (UDP), une formation politique de l’opposition.

Plusieurs personnes, parmi lesquelles des ministres de premier plan, ont été prises pour cible et arrêtées en raison d’un désaccord avec le président ou les politiques gouvernementales, ou parce qu’elles s’étaient entretenues avec des médias de l’opposition. Nombre d’entre elles ont été détenues sans être déférées à un tribunal plus longtemps que la loi ne l’autorise. La Constitution fixe à 72 heures la durée maximale d’une détention sans inculpation.

Ousman Jammeh, ancien ministre adjoint de l’Agriculture, est détenu au secret et sans inculpation depuis le 15 octobre 2015, date à laquelle il a été démis de ses fonctions. Sa famille n’est pas autorisée à lui rendre visite à la prison et les autorités n’ont pas motivé son arrestation.

Momodou Sowe, chargé du protocole à la présidence, a été libéré sous caution le 21 janvier 2015 ; il a été détenu sans inculpation pendant plus de deux ans après que son avocat a introduit une requête en habeas corpus (procédure permettant la comparution immédiate d’un détenu devant une autorité judiciaire, afin de contester la légalité de la détention, et de permettre ainsi une éventuelle remise en liberté). Il était soupçonné d’être un informateur de Freedom Online, un journal gambien en ligne basé aux États-Unis qui publie des articles critiques à l’égard des autorités gambiennes. Freedom Online a été bloqué en Gambie en 2006.

En août 2014, le gouvernement a adopté la Loi portant modification du Code pénal, qui introduit l’infraction de « soustraction à des représentants de l’État ». Cette infraction pourrait être utilisée contre des dissidents fuyant le pays. Elle est passible d’une amende de 500 000 dalasi (environ 12 700 dollars des États-Unis) et d’une peine de cinq ans d’emprisonnement.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit