Gustavo Gatica, victime des violations générales des droits humains au Chili

Gustavo Gatica

Pour AGIR : copiez-collez le modèle de lettre ci-dessous dans le cadre bleu en l’adressant au Procureur général Jorge Abbott Charme : jabbott@minpublico.cl et à l’ambassade du Chili : echilebelgica@minrel.gob.cl

Vous pouvez aussi personnaliser votre email avant de l’envoyer, cela augmentera la probabilité qu’il arrive dans la boîte de réception du Procureur général. Veillez à ce que votre courrier électronique soit respectueux et persuasif - n’utilisez pas de langage haineux. Expliquez que vous suivrez de près cette campagne et que vous en parlerez à d’autres personnes.

Pour que nous puissions faire un suivi des actions, merci de mettre action@amnesty.be en copie cachée (Cci) de votre mail.

En novembre 2019, des millions de chiliens sont descendu dans la rue à la suite de l’augmentation du coût de la vie afin d’exiger des changements dans le pays. Ces protestations pacifiques ont été violemment réprimées, et des policiers ont chargé leurs armes de munitions en métal et en caoutchouc, dans un déni total du droit fondamental de manifester. Gustavo Gatica, jeune étudiant chilien, participait pacifiquement à une de ces manifestations lorsqu’il a été rendu aveugle par l’impact de munitions des fusils anti-émeutes tirées par les forces de sécurité le 8 novembre 2019. Il a été frappé directement au visage, perdant définitivement l’usage de la vue.

Amnesty International réclame justice pour Gustavo Gatica depuis 2019, et ce dernier était un cas du marathon des lettres en 2020. Aujourd’hui encore, nous sommes convaincus que les responsables ne peuvent demeurer impunis. Une enquête approfondie doit être immédiatement menée et les responsables, de même que les hauts fonctionnaires qui ont supervisé la répression, doivent être jugés. Des avancées sont possibles : c’est pourquoi il est impératif de maintenir la pression sur les autorités compétentes en charge de son cas, afin de s’assurer que de telles violations des droits humains n’aient plus lieu au Chili.

Le 18 octobre 2019, des manifestations massives ont éclaté dans tout le Chili après l’annonce d’une hausse du prix des transports publics à Santiago, la capitale. De nombreux Chiliens y ont vu la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, après des décennies de détérioration de l’accès aux droits économiques, sociaux et culturels.

Les manifestations qui ont suivi, en grande partie pacifiques, ont été lourdement réprimées. Le 19 octobre, le gouvernement a déclaré l’état d’urgence, ce qui a permis de recourir à l’armée pour contenir les protestations. Le chef des armées a décrété un couvre-feu qui a été en vigueur dans plusieurs régions du pays du 19 au 26 octobre.

Les mesures gouvernementales, jamais vues depuis le tristement célèbre gouvernement Pinochet, n’ont pas mis fin aux les protestations. L’armée a souvent été observée en train d’utiliser des armes létales contre les manifestants. Les Carabineros, la police chilienne, ont fait un usage constant et inapproprié d’armes non létales, tirant à plusieurs reprises des munitions potentiellement mortelles de manière injustifiée, généralisée et indiscriminée et, dans de nombreux cas, en visant la tête des gens. À plusieurs reprises, les carabiniers ont fait un usage excessif et inutile de gaz lacrymogène, lançant ce produit chimique sur des hôpitaux, des universités, des maisons et même des écoles, ce qui a gravement blessé
des enfants et des personnes handicapées. Amnesty International a lancé des Actions Urgentes, publié des communiqués de presse et ouvert ses réseaux sociaux et sa ligne de crise au public afin de recevoir des informations sur les atteintes aux droits humains. Après avoir reçu des centaines de plaintes en quelques heures, une mission de crise a été déployée au Chili. Du 29 octobre au 11 novembre, la mission a enquêté sur les violations des droits humains dans différentes régions du pays.

Les conclusions préliminaires d’Amnesty, publiées lors d’une conférence de presse fin novembre 2019, ont conclu qu’au moins 23 personnes avaient été tuées dans le cadre des manifestations, dont au moins 4 aux mains des forces de sécurité. aux mains des forces de sécurité. Des milliers de personnes ont été blessées, dont des centaines de personnes souffrant de graves blessures aux yeux causées par des chevrotines recouvertes de caoutchouc, et des gaz lacrymogènes utilisés de manière indiscriminée et inappropriée. Parmi les autres violations des droits humains, on compte des dizaines de cas de torture, notamment sexuelle. La plupart des violations des droits humains documentées ont été commises par des carabiniers.

Les commandants des carabiniers, dont la responsabilité est d’exercer un contrôle sur leurs unités et de veiller à ce que la force soit utilisée conformément aux normes nationales et internationales, n’ont pas empêché ces violations des droits humains de se produire. Amnesty International dispose de preuves de cette absence de responsabilité du commandement dans le cas de Gustavo, ce qui fait de cette affaire un précédent potentiel.

Bien que la police chilienne ait ouvert une enquête interne sur les événements, elle a conclu que personne au sein de l’institution ne pouvait être tenu pour responsable dans cette affaire. En juin 2020, Amnesty a révélé ce qui pourrait être une tentative des Carabineros de dissimuler l’implication de l’un de ses agents, identifié comme "G-3". Cet agent fait désormais l’objet d’une enquête pénale pour son rôle dans la fusillade de Gustavo, bien qu’un procès soit toujours en cours et que la chaîne de commandement n’ait pas encore fait l’objet de son propre procès.

En octobre 2020, Amnesty International a publié le rapport historique Eyes on Chile : Police violence and command responsibility during the period of social unrest, concluant à la responsabilité pénale possible d’au moins trois commandants des Carabineros pour leurs ordres tacites ou leurs omissions délibérées dans la violation généralisée du droit à l’intégrité physique des manifestants, et a lancé une campagne mondiale exigeant que le bureau du procureur général enquête sur les commandants des carabineros.
Gustavo Gatica est un cas emblématique de la manière dont l’utilisation indiscriminée de chevrotines caoutchoutées contre les manifestants a causé une violation massive du droit à l’intégrité physique et des droits humains plus généralement. C’est pourquoi il a été inclus dans la campagne du Marathon des Lettres en 2020, et figure actuellement dans la campagne phare mondiale d’Amnesty.

En ce qui concerne les revendications qui alimentent les protestations elles-mêmes, en novembre 2019, le gouvernement chilien a a annoncé un accord pour l’organisation d’un référendum sur le lancement ou non d’un processus vers une nouvelle constitution, initialement prévu pour le 26 avril 2020, mais reporté à 2021 en raison de COVID-19.

Ce référendum a finalement eu lieu, avec une majorité de voix en faveur d’une Assemblée constituante rédigeant une nouvelle constitution. Ce projet a été finalisé en juillet 2022 et sera soumis à un vote national le 4 septembre 2022. Amnesty a lancé une campagne de soutien au projet de nouvelle constitution, intitulée " Aprobar es humano ".

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2022 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit