Écrire Soudan. Une mère, Meriam Yehya Ibrahim, risque d’être flagellée et exécutée.

AU 118/14, AFR 54/006/2014, 13 mai 2014 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 JUIN 2014 Meriam Yehya Ibrahim, Soudanaise chrétienne, a été déclarée coupable d’« adultère » et d’« apostasie », et risque d’être condamnée à la flagellation et à la peine de mort. Cette femme, actuellement détenue avec son fils de 20 mois, est une prisonnière d’opinion. Le 11 mai 2014, Meriam Yehya Ibrahim, Soudanaise chrétienne âgée de 27 ans, enceinte de huit mois de son second enfant, a été déclarée coupable d’« adultère » et d’« apostasie » par un tribunal de Khartoum qui lui a laissé trois jours pour renoncer à sa foi. La prochaine audience aura lieu le 15 mai, et cette femme risque d’être condamnée à la flagellation et à la peine de mort. Considérer l’adultère et l’apostasie comme des infractions pénales est contraire au droit international relatif aux droits humains, notamment le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Soudan est partie. La criminalisation de l’adultère bafoue les droits les plus fondamentaux et discrimine systématiquement les femmes. La criminalisation de l’apostasie est incompatible avec le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Meriam Yehya Ibrahim est une prisonnière d’opinion, déclarée coupable uniquement en raison de ses croyances et de son identité religieuses, et doit être libérée immédiatement et sans condition. Cette femme a été arrêtée et accusée d’adultère en août 2013, un membre de sa famille ayant (…)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit