Écrire Jean-Pierre Sido Yambanu, Church pastor Rémy Bongongo Lumunu and Loth Loota L’Anongo...

AU 187/09, AFR 62/012/2009, 13 juillet 2009 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 24 AOÛT 2009 À la connaissance d’Amnesty International, trois hommes ont été victimes de disparition forcée après avoir été extraits en secret du centre de détention militaire de Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo (RDC), le 22 juin. Leurs vies sont en danger. Jean-Pierre Sido Yambanu a été arrêté le 17 avril à son domicile dans le quartier de Ngaliema, à Kinshasa, par des policiers en civil et en uniforme. Il a été détenu jusqu’au lendemain dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale congolaise (IG-PNC) puis transféré aux mains de la police militaire au camp Kokolo, à Kinshasa. Il a été admis à l’hôpital militaire de Kokolo le 18 mai afin d’être opéré d’une tumeur, mais il a été ramené de force dans sa cellule le 20 juin alors que, semble-t-il, il ne s’était pas encore totalement remis de l’intervention. Le pasteur Rémy Bongongo Lumunu a été arrêté le 29 avril dans le quartier de Gombe, à Kinshasa, et emmené à l’IG-PNC. Une semaine plus tard, il a été transféré au centre de détention de la police militaire, au camp Kokolo. L’agent de sécurité Loth Loota L’Anongo, un cousin de Rémy Bongongo Lumunu, a été arrêté par un groupe de militaires à son domicile de Ngaliema dans la nuit du 29 avril et également emmené à l’IG-PNC. Selon des témoins oculaires, des policiers et des militaires l’ont battu à coups de crosse de fusil dans les locaux de l’IG-PNC (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit