Écrire Chine. Jigme Gyatso, un prisonnier tibétain, victime de torture

AU 05/11, ASA 17/002/2011, 10 janvier 2011 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 21 FÉVRIER 2011 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Le prisonnier d’opinion tibétain et ancien moine Jigme Gyatso serait tombé gravement malade à la suite des actes de torture et des mauvais traitements qu’il a subis à la prison de Qushui, à la périphérie de Lhassa, dans la région autonome du Tibet (Chine). Jigme Gyatso a été arrêté en 1996 en raison de ses activités en faveur de l’indépendance du Tibet, et plus particulièrement pour avoir fondé l’« Association du mouvement tibétain pour la liberté » et distribué des dépliants en faveur de l’indépendance. En novembre 1996, il a été condamné à 15 ans de réclusion en tant que « meneur contre-révolutionnaire ». Il a été placé à l’écart des autres prisonniers et aucun visiteur n’a pu le voir pendant plusieurs mois. Il a été autorisé à recevoir une visite fin 2010. Jigme Gyatso a été victime d’actes de torture et d’autres formes de mauvais traitements à plusieurs reprises. Durant les six premiers mois de sa détention, il a été maintenu dans une « cellule d’interrogatoire » et torturé. En 1997, il a été à tel point roué de coups qu’il pouvait à peine marcher. En mai 1998, à la prison de Drapchi, un groupe de prisonniers dont il faisait partie a commencé à crier des slogans pro dalaï-lama. Le personnel de la prison a réagi violemment, ce qui a entrainé la mort de neuf personnes. (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit