Écrire Cambodge. Le militant cambodgien pour le droit à la terre Suong Sophorn battu par la police.

Action complémentaire sur l’AU 63/11, ASA 23/008/2011, 19 septembre 2011 Le 16 septembre, le militant cambodgien Suong Sophorn a été gravement battu par la police lorsqu’il est intervenu pour empêcher la destruction de maisons près du lac Boeung Kak, à Phnom Penh. Une centaine de policiers anti-émeute armés et des agents de sécurité étaient sur les lieux tandis que huit constructions étaient démolies sans préavis. Quatre-vingt-dix autres familles risquent d’être chassées. L’expulsion forcée a débuté lorsque des hommes conduisant deux excavateurs sont arrivés au lac et ont transformé les maisons de trois familles en décombres ; ils se sont ensuite dirigés vers cinq autres habitations et commerces. Suong Sophorn a commencé à appeler pacifiquement les résidents à joindre les mains pour faire cesser la destruction d’autres maisons lorsqu’il a été cerné par des policiers qui lui ont donné des coups de pied et de bâton et l’ont frappé à la tête avec une brique. Ils l’ont ensuite abandonné sur le sol, inconscient et en sang. Suong Sophorn a été emmené à l’hôpital, souffrant d’une grave blessure à la tête et d’un doigt cassé. Cet homme a déjà été la cible des autorités pour s’être opposé de façon pacifique à des expulsions forcées au lac Boeung Kak. Certains résidents dont les maisons devaient être démolies ont réussi à récupérer leurs effets personnels avant qu’il ne soit trop tard ; d’autres ont tout perdu. Certains ont maintenant dressé des tentes de toile goudronnée (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des violences opposant Israël au Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civils. Le nombre de morts est sans précédent. (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit