Écrire Aref Dalilah (h), 65 ans, ancien doyen de la faculté d’économie de l’université d’Alep

MDE 24/008/2008 - Action complémentaire sur l’AU 268/06 (MDE 24/060/2006, 4 octobre 2006) Aref Dalilah, un prisonnier d’opinion qui a purgé la moitié d’une peine de dix ans d’emprisonnement en isolement cellulaire, est gravement malade : il souffre d’une thrombose veineuse profonde dans une jambe et d’une embolie pulmonaire. Il risque de mourir s’il n’est pas autorisé à être hospitalisé immédiatement. Aref Dalilah est détenu dans l’aile réservée aux prisonniers politiques de la prison d’Adhra, à Damas, la capitale. Il est atteint de diabète et souffre d’une thrombose veineuse profonde, qui entraîne une obstruction partielle ou complète du débit sanguin dans sa jambe. Certaines sources indiquent que celle-ci est en train de noircir à cause de cette affection. Des analyses pratiquées par des médecins ont en outre révélé chez lui une embolie pulmonaire et, semble-t-il, un gonflement du ventricule cardiaque droit. Il reçoit un traitement anticoagulant en prison, mais Amnesty International a appris que ses médecins avaient déclaré qu’il devait être hospitalisé de toute urgence afin que son état de santé soit soumis à une surveillance médicale. En mai 2006, Aref Dalilah a eu une attaque qui lui a fait perdre une partie de sa sensibilité du côté gauche. Il a été condamné le 31 juillet 2002 par la Mahkamat Amn al Dawla al Aliya (Cour suprême de sûreté de l’État), dont les procédures sont loin de satisfaire aux normes internationales d’équité, pour « tentative visant (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit