Écrire Honduras.Les défenseures des droits humains Nohemí Pérez, Bertha Oliva, Dina Meza, menacées

AU 123/12, AMR 37/007/2012, 30 avril 2012 ENVOYEZ VOS APPELS AVANT LE 11 JUIN 2012. Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Au Honduras, trois membres d’une éminente organisation de défense des droits humains ont récemment été agressés, menacés et harcelés. Leurs vies sont en danger. Le Comité des familles de détenus et disparus du Honduras (Comité de Familiares de los Detenidos y Desaparecidos, COFADEH) est une éminente organisation de défense des droits humains au Honduras. Le 20 avril, vers 8 heures du matin, l’une des fondatrices du COFADEH, Nohemí Pérez, est arrivée au bureau de la capitale, Tegucigalpa. Alors qu’elle attendait devant le bâtiment, elle a remarqué une voiture garée devant l’entrée principale. Le conducteur l’a menacée en ces termes : « Tu vas voir [ce qui va t’arriver], espèce de salope, tu vas voir. ». Il lui a également lancé un morceau de bois qui l’a touchée à la jambe. Il est parti peu après. La veille, Nohemí Pérez avait remarqué un jeune homme qui la pointait du doigt alors qu’elle prenait part à une manifestation organisée par un syndicat pour protester contre l’augmentation du coût de la vie. En mars, d’autres membres du COFADEH ont été menacés et harcelés. Le 8 mars, Bertha Oliva, fondatrice et coordinatrice de l’organisation, a reçu un coup de téléphone au cours duquel on lui a fait entendre l’enregistrement d’un appel qu’elle n’avait passé que quelques secondes (…)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit