Écrire Israel. Un palestinien, Akram Rikhawi, encore en danger après sa grève de la faim

Action complémentaire sur l’AU 212/12, MDE 15/044/2012, 25 juillet 2012 VEUILLEZ ENVOYER VOS APPELS AVANT LE 4 SEPTEMBRE 2012 . Vérifiez auprès de votre section s’il faut encore intervenir après la date indiquée ci-dessus. Merci. Au bout de 102 jours, Akram Rikhawi a mis un terme à sa grève de la faim, après que les autorités israéliennes ont accepté de le relâcher avec six mois d’avance. Cet homme a besoin de soins médicaux spécialisés car il souffre de plusieurs graves pathologies chroniques. Le 23 juillet 2012, un avocat de l’ONG locale Addameer a rendu visite à Akram Rikhawi. Il a par la suite confié à Amnesty International que celui-ci avait accepté la veille de cesser sa grève de la faim. Le même jour, Akram Rikhawi, qui était alors à l’isolement, a été placé dans une cellule avec d’autres prisonniers. Cet homme se trouve actuellement à la clinique de la prison de Ramleh, en Israël, qui dépend des Services pénitentiaires israéliens et qui ne peut lui fournir les soins spécialisés dont il a besoin. On ignore si celui-ci a reçu des conseils nutritionnels concernant l’alimentation à adopter après une longue grève de la faim, d’autant plus qu’il est censé jeûner durant le ramadan, un mois sacré pour les musulmans. Pendant sa grève, Akram Rikhawi n’a pu recevoir la visite d’un médecin indépendant, travaillant pour l’ONG Médecins pour les droits humains (MDH) - Israël, qu’à deux reprises, le 6 juin et le 4 juillet 2012. Ce médecin lui a notamment recommandé de (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit