Individu en danger Remerciements adressés par Patrick et sa famille

La famille de Patrick lui a parlé de la campagne menée en sa faveur. Le frère de Patrick a dit : Il est très, très content et m’a demandé de vous remercier en son nom. Patrick a aussi obtenu un exemplaire du journal (avec des nouvelles relatives à son cas) et il a, par la suite, informé notre père, qui a vite acheté ce journal. Notre campagne en faveur de la libération de Patrick donne du courage à tous les membres de sa famille et son frère a dit : Au nom de la famille Okoroafor, je vous remercie beaucoup vous, ainsi que tous les membres d’Amnesty International, pour ce que vous avez fait pour nous. Amnesty International a adressé une lettre au gouverneur de l’État d’Imo qui a répondu le 24 avril 2008 en disant qu’il allait contacter le procureur général et lui demander d’examiner le cas de Patrick. Amnesty International a également adressé, le 10 avril 2008, une déclaration conjointe aux membres de l’Assemblée nationale nigériane des États d’Imo et d’Abia, à l’Assemblée de l’État d’Imo, au procureur général de l’État d’Imo et au procureur général de la Fédération. Des ONG nigérianes ont également écrit au gouverneur de l’État d’Imo pour l’appeler à remettre en liberté Patrick Okoroafor. Le Women Advocates Research and Documentation Center (WARDC, Centre de recherche et de documentation pour les défenseurs des droits des femmes), l’une des ONG partenaires d’AI, a envoyé un courriel indiquant que : Il s’agit-là d’une erreur judiciaire. Il n’y a aucune différence (…)

Action terminée

Toutes les actions
Toutes les infos
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit