Bonne nouvelle Une adolescente yéménite jugée « non coupable » d’accusations découlant de sa liberté d’expression

Le 28 juillet 2020, un tribunal pénal jordanien a déclaré Tujan al Bukhaiti non coupable des accusations de « blasphème » et d’« insulte aux sentiments religieux » qui avaient été retenues contre elle en raison de publications sur les réseaux sociaux.

Tujan al Bukhaiti était jugée depuis huit mois à la suite d’une plainte de l’Unité de lutte contre la cybercriminalité jordanienne pour ses publications sur Facebook évoquant des sujets religieux et culturels.

Le 28 juillet 2020, le tribunal jordanien pour mineurs a jugé Tujan al Bukhaiti, une réfugiée yéménite de 17 ans, « non coupable » des accusations de « blasphème » et d’« insulte aux sentiments religieux » qui avaient été portées contre elle à la suite de ses messages sur les réseaux sociaux abordant des sujets religieux et culturels. Cette décision est encore susceptible d’appel.

Le procès de Tujan al Bukhaiti s’est ouvert le 16 janvier 2020 et les audiences se sont étalées sur huit mois, y compris pendant l’année scolaire. Le 19 décembre 2019, elle a été interrogée par la police des mineurs, à la suite d’un signalement de l’Unité de lutte contre la cybercriminalité jordanienne. La police a pris sa déposition en l’absence de son avocat et de ses parents, bafouant ainsi son droit à un procès équitable.

Elle a exprimé à Amnesty International sa reconnaissance envers toutes les personnes qui ont participé à l’Action urgente la concernant, en déclarant :

« Le jugement est préliminaire et susceptible d’appel. Le tribunal m’a jugée non coupable, mais il a tout de même estimé que ce que j’avais partagé sur mes réseaux sociaux constituait une “insulte aux sentiments religieux”. Cela signifie que le danger n’est pas écarté. Bien que je sois jugée non coupable, cette affaire est allée bien plus loin que quelques audiences au tribunal.

Depuis que mon établissement scolaire a publié une déclaration m’accusant de répandre des opinions toxiques insultant les sentiments religieux, je reste, ainsi que ma mère et le reste de ma famille, la cible de harcèlement et de manœuvres d’intimidation de la part d’individus et de groupes. Je remercie Amnesty International pour ses efforts continus au fil des nombreuses étapes de cette affaire. »

Amnesty International continuera de suivre le cas de Tujan al Bukhaiti, qui risque toujours de faire l’objet d’un nouveau procès en appel et de subir du harcèlement et des manœuvres d’intimidation de la part de personnes et de groupes opposés à ses opinions.

J'agis

AUCUNE ACTION COMPLÉMENTAIRE N’EST REQUISE. UN GRAND MERCI À TOUTES LES PERSONNES QUI ONT ENVOYÉ DES APPELS.


Toutes les infos
Toutes les actions

MARATHON DES LETTRES : Soutenez 10 personnes en danger

10 personnes en danger dans le cadre du marathon des lettres 2020. Signez pour les défendre, les faire libérer ou demander justice !