Bonne nouvelle Ikhtior Khamroïev (h), étudiant, 22 ans

EUR 62/009/2007 - Informations complémentaires sur l’AU 324/07 (EUR 62/007/2007, 5 décembre 2007) Le 10 décembre, Ikhtior Khamroïev est sorti du cachot où il était enfermé depuis dix jours. Le lendemain, il a reçu la visite de son père, le défenseur des droits humains Bakhtior Khamroïev, qui a indiqué à Amnesty International qu’Ikhtior avait confirmé qu’il avait bien été battu et enfermé dans une cellule disciplinaire, et qu’il s’était coupé à l’abdomen afin de protester contre les mauvais traitements qu’il avait subis. Ikhtior Khamroïev a expliqué à son père que le 29 novembre, un gardien-chef l’avait accusé d’avoir injurié un de ses codétenus (ce qui constitue une infraction au règlement de la prison) et lui avait ordonné de signer une déclaration par laquelle il reconnaissait sa faute. Comme il refusait d’obtempérer, Ikhtior Khamroïev aurait été battu par le gardien et un autre prisonnier. Il a ensuite été enfermé au cachot et s’est coupé à l’abdomen avec un petit couteau en signe de protestation. Ikhtior Khamroïev a dit à son père qu’un médecin avait été appelé cette nuit-là, afin de lui prodiguer des soins et de lui faire un pansement. Lorsqu’il était à l’isolement, un docteur lui a rendu trois visites pour changer son pansement. Bakhtior Khamroïev a déclaré à Amnesty International que son fils avait perdu du poids mais qu’il semblait malgré tout en assez bonne forme. Il aurait par ailleurs vu sa cicatrice à l’abdomen, d’une longueur de trois (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Exigez un cessez-le-feu de toutes les parties pour faire cesser les souffrances des civils

L’escalade sans pareille des hostilités entre Israël, le Hamas et d’autres groupes armés a eu des conséquences dévastatrices pour les civil·e·s. Le nombre de victimes et l’ampleur des (...)

2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit