Écrire Cela fait des mois que l’on est sans nouvelle d’une politicienne victime d’un enlèvement

Le 17 juillet 2019, Siham Sergiwa, députée libyenne et défenseure renommée des droits des femmes, a été enlevée à son domicile, à Benghazi, par des hommes armés qui se sont comportés brutalement. Elle venait de critiquer publiquement la campagne militaire de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL) visant à prendre Tripoli.

On est sans nouvelle d’elle depuis son enlèvement il y a plus de trois mois, ce qui fait craindre qu’elle ne soit exposée à un risque de torture ou d’autres formes de mauvais traitements.

Siham Sergiwa est une députée libyenne qui s’est exprimée haut et fort sur des questions en rapport avec les droits des femmes, et qui a critiqué le maréchal Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée. Siham Sergiwa semble avoir été prise pour cible après qu’elle a pacifiquement exprimé ses opinions et critiqué l’offensive de l’ANL contre Tripoli.

Son nom vient s’ajouter à une liste de femmes libyennes ayant été victimes d’assassinats et de tentatives de meurtre, d’enlèvements, d’agressions physiques ou de violences sexuelles, ou encore de menaces de mort, de harcèlement, de campagnes de diffamation sur les réseaux sociaux et d’autres formes d’intimidation depuis 2014.

Au moins trois militantes et politiciennes ont été assassinées depuis 2014 en raison de leur travail ; les femmes qui n’adhèrent pas aux normes sociales ou qui remettent en question les stéréotypes de genre sont particulièrement visées par ce genre de crime.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Maréchal,

Je vous écris afin de vous exprimer ma vive inquiétude concernant Siham Sergiwa, une députée libyenne enlevée par des hommes armés lors d’une descente nocturne à son domicile le 17 juillet 2019. On ignore depuis lors où elle se trouve et quel sort lui a été réservé.

Quelques heures après que Siham Sergiwa a accordé un entretien à une chaîne télévisée, lors de laquelle elle a critiqué l’offensive lancée par l’Armée nationale libyenne (ANL) afin de prendre Tripoli, des dizaines d’hommes armés et masqués en tenue militaire ont fait irruption chez elle et l’ont emmenée vers 2 heures du matin, le 17 juillet. Des témoignages indiquent que les agresseurs étaient affiliés à l’ANL. Lors de cette descente, l’époux de Siham Sergiwa a été blessé par balle à la jambe, et son fils de 16 ans a été sauvagement battu. Ils ont depuis lors pu quitter l’hôpital.

Selon un membre de la famille de Siham Sergiwa, des députés ont été en contact avec vos gardes, qui ont déclaré qu’elle se trouve à la prison d’al Rajma, à Benghazi. Bien que cette prison se trouve à seulement 28 kilomètres de son domicile, la famille de Siham Sergiwa n’a pour l’instant pas pu s’entretenir avec elle. « C’est une catastrophe pour la famille », a déclaré son frère, qui décrit Siham comme « quelqu’un de vraiment bien » qui « croit en une Libye unie et veut mettre tous les Libyens à l’abri de la guerre ».

Étant donné que de précédents cas d’enlèvements attribués à l’ANL ont parfois été suivis d’actes de torture ou de la mort de la victime, la situation de Siham Sergiwa suscite de vives craintes. Je vous prie donc instamment de :

• garantir la libération immédiate et inconditionnelle de Siham Sergiwa ;
• révéler, d’ici à ce qu’elle soit remise en liberté, ce qui est advenu d’elle et où elle se trouve, et de veiller à ce qu’elle soit protégée contre la torture et les autres formes de mauvais traitements.

Veuillez agréer, Monsieur le Maréchal, l’expression de ma haute considération.

LANGUE(S) À PRIVILÉGIER POUR ENVOYER VOS APPELS AUX DESTINATAIRES : arabe et anglais
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

Libération pour les manifestant-es pacifiques au Nicaragua !

Pétition contre la répression de la liberté d’expression au Nicaragua adressée au Président de la République Daniel Ortega Saavedra.