Écrire Un chamane interné dans un hôpital psychiatrique pour avoir critiqué Vladimir Poutine

Le 2 juin, le tribunal municipal de Iakoutsk a approuvé l’internement dans un hôpital psychiatrique pour une durée indéterminée d’Alexandre Gabychev, un chamane qui a annoncé en 2019 qu’il allait se rendre à pied depuis Iakoutsk, dans l’est de la Sibérie, à Moscou afin de « chasser » le président Vladimir Poutine du Kremlin.

Alexandre Gabychev est pris pour cible parce qu’il a ouvertement critiqué les autorités ; il ne doit pas être privé de façon arbitraire de sa liberté ni soumis à un quelconque traitement médical sans son consentement libre et éclairé.

Alexandre Gabychev, chamane iakoute, est un fidèle d’une religion traditionnelle iakoute et un militant politique. Depuis qu’il a tenté d’effectuer en 2019 un périple à pied entre Iakoutsk et Moscou, où il disait vouloir « chasser » le président Vladimir Poutine du Kremlin, Alexandre Gabychev fait l’objet de multiples formes de harcèlement et de persécution de la part des autorités.

Le 19 septembre 2019, des agents des forces de l’ordre armés et masqués ont encerclé le site où campaient Alexandre Gabychev et ses compagnons de voyage, à proximité du village de Vydrino, à 3 000 kilomètres à l’ouest de Iakoutsk. Ils ont emmené le chamane, sans révéler leur identité ni expliquer leurs actes.

Cet homme a été conduit à Iakoutsk et maintenu en détention au secret dans le dispensaire psychoneurologique de la République de Iakoutie. Il a refusé de subir un examen psychiatrique et a été remis en liberté, mais inculpé pour avoir « appelé publiquement à une activité extrémiste » (Première partie de l’article 280 du Code pénal de la Fédération de Russie). Alexandre Gabychev a alors été placé secrètement sous surveillance policière. Parallèlement à cela, certains de ses sympathisants ont été arrêtés à plusieurs reprises et condamnés à des peines d’amende pour de prétendues infractions de faible gravité.

La Convention relative aux droits des personnes handicapées, à laquelle la Russie est partie, interdit de priver une personne de liberté au seul motif qu’elle est handicapée, y compris si elle souffre de troubles mentaux ou d’une déficience intellectuelle. En outre, le rapporteur spécial sur la torture a indiqué que tout traitement médical administré en l’absence d’un consentement libre et éclairé pouvait s’apparenter à un acte de torture ou à d’autres mauvais traitements.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur le Procureur,

Je vous écris pour vous faire part de ma grande préoccupation au sujet de l’internement forcé dans un hôpital psychiatrique d’Alexandre Gabychev, un chamane sibérien qui a entamé en 2019 un périple à pied entre Iakoutsk et Moscou, car il disait vouloir « chasser » le président Vladimir Poutine du Kremlin. Son périple a été stoppé de façon illégale par la police en septembre 2019, et il a été contraint de retourner à Iakoutsk.

Le 12 mai 2020, la police antiémeute et plusieurs infirmiers sont entrés chez lui de force et l’ont emmené au dispensaire psychoneurologique de la République de Iakoutie, prétendument parce qu’il avait refusé d’être testé au COVID-19. Selon son avocat, Alexandre Gabychev a été forcé de signer un formulaire indiquant qu’il consentait à être hospitalisé pour une période d’observation de deux semaines. Alexandre Gabychev a été testé négatif au COVID-19 et le 29 mai, il a demandé à être remis en liberté. Mais une commission médicale a rapidement été réunie et a conclu qu’il représentait « un danger pour lui-même et pour autrui ». Le directeur du dispensaire a cherché à obtenir l’aval du tribunal municipal de Iakoutsk pour la prolongation de l’internement d’Alexandre Gabychev en affirmant que ce dernier souffre d’une « surestimation de soi » parce qu’il a exprimé des idées visant à « nuire au gouvernement ». Le 2 juin, le tribunal a approuvé l’internement forcé d’Alexandre Gabychev, qui peut désormais être enfermé pour une durée indéterminée dans un hôpital psychiatrique.

Nul ne peut être privé de sa liberté de façon arbitraire. Aux termes du droit international et des normes connexes, la privation de liberté en cas de pathologie mentale n’est justifiée que si elle est absolument nécessaire pour protéger la personne concernée ou des tiers. Dans le cas d’Alexandre Gabychev, ses opinions politiques et ses convictions religieuses ont été invoquées en tant que preuves de ses soi-disant troubles mentaux. Son hospitalisation forcée a été approuvée alors que rien ne prouve réellement qu’il représente un quelconque danger pour qui que ce soit. De plus, son droit à un procès équitable a été violé, car les témoins que son avocat voulait faire comparaître ont été arrêtés par la police parce qu’ils auraient prétendument violé les mesures restrictives mises en place pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

L’internement forcé d’Alexandre Gabychev dans un hôpital psychiatrique constitue un cas de psychiatrie punitive et une violation flagrante de ses droits à la liberté de sa personne et à la liberté d’expression.

Compte tenu de ce qui précède, je vous demande de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin immédiatement à l’hospitalisation forcée d’Alexandre Gabychev et à la persécution persistante dont il fait l’objet en raison de ses opinions politiques.

Veuillez agréer, Monsieur le Procureur, l’expression de ma haute considération.

LANGUE(S) À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : russe, anglais, iakoute.
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour George Floyd !

Signez notre pétition pour demander au gouverneur du Minnesota que justice soit faite pour George Floyd, afro-américain victime de violences policières