Écrire Deux garçons ont été condamnés à la réclusion à perpétuité à l’issue d’un procès inique

Deux garçons ont reçu une peine de réclusion à perpétuité pour meurtre. Ils disent qu’ils ont été forcés à « avouer » le meurtre.

Muhamed Yasin Abdi et Daud Saied Sahal ont vu leurs condamnations à mort commuées en réclusion à perpétuité par le tribunal militaire suprême du Puntland. Les deux garçons faisaient partie d’un groupe de sept adolescents arrêtés par la police le 28 décembre 2016 à Bossaso, dans le Puntland, après l’homicide de trois hauts responsables travaillant pour l’administration régionale du Puntland. Les cinq autres adolescents arrêtés en même temps qu’eux ont été exécutés le 8 avril. L’âge de ces sept garçons est actuellement contesté. D’après les membres de leurs familles, ils étaient tous âgés de moins de 18 ans au moment où ils auraient commis le crime. Mais les autorités du Puntland soutiennent qu’ils étaient majeurs.

D’après le père d’Ayub Yassin et l’oncle d’Ali Ismaeil (Ayub et Ali faisaient partie de ceux qui ont été exécutés), les sept garçons ont été soumis à diverses formes de mauvais traitement et ont été maintenus en détention dans des conteneurs de transport pendant environ deux semaines avant d’être transférés dans un poste de police. Les sept jeunes gens ont ensuite comparu le 13 février devant un tribunal militaire, qui les a déclarés coupables de meurtre et condamnés à la peine capitale. Ils n’ont pas pu bénéficier des services d’un avocat au cours du premier procès. Un mois après la décision, les prévenus ont fait appel de leur déclaration de culpabilité et de leur condamnation à mort, mais le jugement initial a été maintenu par une juridiction militaire supérieure.

Amnesty International avait dans un premier temps dénoncé le fait que les deux garçons avaient été condamnés à mort, puis avait confirmé par la suite que leurs peines avaient été commuées en réclusion à perpétuité.
Les cinq autres garçons qui ont été exécutés dans le cadre de cette affaire appartenaient à l’un des clans minoritaires du Puntland, celui des Madibaans. Leurs familles ont déclaré ne pas avoir été informées du lieu où les exécutions se sont déroulées, ni de comment les autorités ont procédé ; elles ont appris la nouvelle par la radio. Muhamed Yasin Abdi et Daud Saied Sahal sont membres des sous-clans Diseshe et Ali Seleban, plus dominants.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Libérez celles qui se battent contre la peine de mort

Agissez pour demander la libération de trois défenseures iraniennes en prison pour avoir militer contre la peine de mort. Signez la pétition