Écrire Il faut libérer l’auteur Ahmet Altan

Le 12 novembre, Ahmet Altan, célèbre auteur turc et ancien rédacteur en chef d’un journal, a été arrêté après l’annulation par un tribunal d’une décision, prise le 4 novembre, ordonnant sa libération après plus de trois ans d’incarcération. Cet homme est un prisonnier d’opinion et doit donc être libéré immédiatement et sans condition.

Dans la soirée du 15 juillet 2016, des éléments des forces armées turques ont tenté de prendre le pouvoir par la force. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues mais les forces gouvernementales ont maîtrisé les putschistes et la tentative de coup d’État a été rapidement déjouée. Plusieurs centaines de personnes sont mortes et des milliers d’autres ont été blessées au cours d’une nuit d’extrêmes violences. Juste après le coup d’État manqué, les autorités ont accusé Fethullah Gülen, prédicateur établi aux États-Unis, et les partisans de son mouvement religieux, qualifié par elles d’« organisation terroriste fethullahiste » (FETÖ/PDY), de conspiration en vue de renverser le gouvernement. Le 20 juillet 2016, le gouvernement a déclaré l’état d’urgence. Celui-ci a duré deux ans. Dans un contexte de répression massive, de très nombreuses personnes - journalistes, écrivains, juges, procureurs et critiques avérés ou supposés du gouvernement du Parti de la justice et du développement, l’AKP -, ont été incarcérées et accusées de complicité.
La veille de la tentative de coup d’État, Ahmet Altan a participé, en tant qu’invité, à un débat à la télévision turque aux côtés de Nazlı Ilıcak, animatrice de l’émission, et de Mehmet Altan, économiste, commentateur et par ailleurs frère d’Ahmet Altan. Pendant l’émission, ils ont évoqué la politique turque, entre autres sujets. Dans un premier temps, les autorités turques ont affirmé qu’Ahmet Altan, Mehmet Altan et Nazlı Ilıcak avaient envoyé ce soir-là, via l’écran de télévision, des messages subliminaux aux putschistes. Nazlı Ilıcak a été arrêtée à la fin du mois de juillet. Ahmet Altan et Mehmet Altan ont été placés en détention provisoire en septembre 2016. À l’issue du premier procès dans l’affaire visant Ahmet Altan, Mehmet Altan, Nazlı Ilıcak et trois autres personnes, les accusés ont été déclarés coupables de « tentative de renversement de l’ordre constitutionnel » et condamnés à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle, en février 2018. En juillet 2019, la Cour d’appel suprême a annulé leur condamnation, acquitté Mehmet Altan et ordonné que les cinq autres accusés fassent l’objet d’un nouveau procès pour « avoir aidé une organisation terroriste sans en être membres ».
Le 4 novembre, Ahmet Altan a été condamné à 10 ans et six mois de prison et la journaliste Nazlı Ilıcak à huit ans et neuf mois d’emprisonnement, après avoir été déclarés coupables du chef d’accusation grotesque d’avoir « aidé une organisation terroriste sans en être membre ». Tous deux ont été libérés par la cour pénale spéciale n° 26 d’Istanbul, avec interdiction de quitter le pays, en attendant l’examen de leurs recours. La cour a aussi injustement déclaré coupables trois autres personnes, dont deux travaillant dans les médias, jugeant qu’elles devaient être maintenues en détention provisoire. Mehmet Altan, poursuivi dans le cadre du même procès, a quant à lui été acquitté par la cour pénale spéciale, dans la ligne de l’arrêt rendu par la Cour d’appel suprême dans cette affaire.
Le parquet a fait appel de la libération d’Ahmet Altan le 6 novembre. Le 8 novembre, la cour pénale spéciale n° 26 d’Istanbul a rejeté la requête introduite par le ministère public en vue de la réincarcération d’Ahmet Altan et a renvoyé l’affaire devant la cour pénale spéciale n° 27, qui a donné une suite favorable à cette requête le 12 novembre. Les avocats d’Ahmet Altan n’ont pas été informés de cette décision, mais celle-ci a été divulguée aux médias pro-gouvernementaux. Ahmet Altan a été arrêté le soir même à son domicile, à Istanbul, et placé en garde à vue.
La nouvelle arrestation et la détention d’Ahmet Altan sont selon toute apparence politiquement motivées, arbitraires et incompatibles avec le droit à la liberté consacré par l’article 5 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui interdit toute privation arbitraire de liberté - or, la Cour européenne des droits de l’homme a indiqué que l’arbitraire peut naître lorsqu’il y a eu un élément de mauvaise foi de la part des autorités. Le maintien d’Ahmet Altan en détention arbitraire en prison constitue une violation grave de ses droits.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

LANGUE(S) À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : anglais et turc
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.

PRÉNOM, NOM ET PRONOM À UTILISER : Ahmet Altan (il)

Monsieur,

Je vous écris au sujet du romancier Ahmet Altan, qui a de nouveau été arrêté le 12 novembre, huit jours après avoir été libéré de prison, où il avait été maintenu en détention pendant plus de trois ans.

Ahmet Altan a été arrêté une première fois et placé en détention provisoire en septembre 2016. Il a été poursuivi pour son soutien présumé au putsch de 2016, uniquement en raison de ses articles critiques à l’égard du gouvernement et de ses contacts avec des sympathisants présumés du prédicateur Fethullah Gülen, que les autorités tiennent pour responsable de la tentative de coup d’État. En février 2018, Ahmet Altan a été condamné à la réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle pour « tentative de renversement de l’ordre constitutionnel », malgré l’absence préoccupante d’éléments prouvant qu’il ait commis un crime reconnu par le droit international. Ahmet Altan a fait appel et la Cour d’appel suprême, le 5 juillet 2019, a annulé sa condamnation et ordonné la tenue d’un nouveau procès. Le 4 novembre, la cour pénale spéciale n° 26, siégeant à Istanbul, a déclaré Ahmet Altan coupable et l’a condamné à une peine de 10 ans et six mois de prison sur la base des éléments mêmes sur lesquels s’était fondée sa condamnation lors du premier procès : ses écrits et ses commentaires critiques à l’égard du gouvernement. La cour a ordonné sa libération dans l’attente de son appel, tout en lui interdisant de se rendre à l’étranger.

Le ministère public a fait appel de la libération d’Ahmet Altan, faisant valoir qu’il risquait de s’enfuir et n’exprimait aucun remords. Bien que la décision de l’arrêter de nouveau ait été divulguée aux médias favorables au gouvernement, Ahmet Altan est resté à son domicile, où il se trouvait lorsqu’il a été arrêté, ce qui montre qu’il n’avait aucune intention de « s’enfuir ». Il a toujours nié les faits qui lui étaient reprochés, que l’accusation n’a réussi à étayer par aucun élément de preuve digne de foi.

Je vous prie instamment de libérer cet homme immédiatement et sans condition, car il s’agit d’un prisonnier d’opinion, incarcéré uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération,


Toutes les infos
Toutes les actions

En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons !

Amnesty demande la libération de tous les prisonniers et prisonnières d’opinion en Iran : ils risquent leur vie à cause du Covid-19 en prison. Signez la pétition