Écrire Des hommes politiques et des journalistes détenus

Le 7 mars, les hommes politiques Batir Filae, Gada Gabisa et Bilisuma Ararsa, ainsi que les journalistes d’Oromo News Network (ONN) Desu Dula et Wago Nole, ont été arrêtés près de Burayu, dans le centre de l’Éthiopie, immédiatement après avoir rendu visite à Abdi Regassa, ancien dirigeant du Front de libération oromo (OLF).

Sur le chemin du retour, un policier a stoppé leur véhicule en prétextant qu’ils avaient pris des photos au cours de leur visite. Le chauffeur a freiné brutalement et une autre voiture a percuté le véhicule par l’arrière.

La police a inculpé et placé en détention les cinq hommes susmentionnés, accusés d’avoir causé l’accident.

Lors d’une audience qui a eu lieu le 31 mars, les charges ont été abandonnées.

Néanmoins, les cinq hommes sont maintenus en détention. Tous, à l’exception de Gada Gabisa, sont privés d’avocat.

Le gouvernement du Premier ministre Abiy Ahmed a lancé un important programme de réforme qui pourra permettre d’améliorer la situation des droits humains en Éthiopie s’il est mis en œuvre efficacement. Cependant, le climat politique est tendu dans le pays, où les détracteurs du régime peuvent être arrêtés et détenus parce qu’ils sont en désaccord avec le gouvernement. Pour en savoir plus, veuillez consulter les documents suivants :

 Éthiopie. Il faut libérer immédiatement des journalistes et des personnalités de l’opposition

 Éthiopie. La police doit expliquer ce qu’il est advenu d’un responsable de l’opposition oromo
 Éthiopie. La police a attaqué des partisans de l’opposition dans la région d’Oromia, tuant un vendeur et blessant une musicienne
 Éthiopie. Les autorités répriment les sympathisant·e·s de l’opposition en menant des arrestations de masse

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Protégez les manifestants au Bélarus

Signez la pétition pour la protection des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique au Bélarus