Écrire Des membres de l’opposition détenus arbitrairement

Mise à jour :
Grace à vous, Gérard et Brigitte ont été libérés en décembre. Cependant, ils sont toujours sous contrôle judiciaire et les charges contre eux sont toujours maintenues. Continuez d’agir pour demander l’abandon des charges immédiatement.

Deux militants politiques, Brigitte Kafui Adjamagbo et Gérard Yaovi Djossou (tous deux membres de la Dynamique Monseigneur Kpodrzo ou DMK, une coalition de partis d’opposition et d’organisations de la société civile du Togo), ont été arrêtés respectivement les 28 et 27 novembre, après que la DMK eut appelé à une manifestation pour protester contre les résultats de l’élection présidentielle de février 2020 et le harcèlement judiciaire à l’égard d’opposants au gouvernement.

Ils ont été inculpés de « groupement de malfaiteurs » et d’« atteinte à la sécurité intérieure de l’État » et sont détenus depuis lors.

Ils doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Le 27 novembre, Gérard Yaovi Djossou a été arrêté à Lomé par des gendarmes en civil alors qu’il était au volant de sa voiture. Il revenait d’une rencontre avec des ambassadeurs. Brigitte Kafui Adjamagbo – qui est également coordonnatrice pour l’Afrique de l’Ouest au sein de l’organisation Women in Law and Development in Africa (WILDAF) - a été raccompagnée chez elle, après s’être rendue dans les locaux du SCRIC pour voir Gérard Yaovi Djossou, par des agents du SCRIC, qui l’ont fouillée et ont perquisitionné son domicile, saisissant deux cartables contenant des documents personnels, une dizaine de carnets, un ordinateur et deux disques durs.

Le 21 avril, 16 membres de la DMK ont été arrêtés alors qu’ils dénonçaient l’arrestation de l’opposant Agbéyomé Kodjo le jour même. Ils ont été déclarés coupables de « rébellion et complicité de rébellion » et condamnés à à 12 mois d’emprisonnement dont huit mois avec sursis. Ils ont été libérés le 25 août.

En février 2020, la Commission électorale a déclaré que le président Faure Gnassingbé avait recueilli 72 % des voix, contre environ 18 % pour son adversaire Agbéyomé Kodjo. Le chef de l’opposition Agbéyomé Kodjo a accusé les autorités de fraude massive et conteste la réélection de Faure Gnassingbé.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur le Ministre,

Je vous écris pour demander l’abandon des charges retenues contre Brigitte Kafui Adjamagbo et Gérard Yaovi Djossou, tous deux membres de la Dynamique Monseigneur Kpodrzo (DMK), une coalition de partis d’opposition et d’organisations de la société civile du Togo.

Ils avaient été respectivement arrêtés les 28 et 27 novembre après que la DMK eut appelé à la tenue d’une manifestation pacifique à Lomé afin de protester contre les résultats du scrutin présidentiel de février 2020 et contre le harcèlement à l’égard d’opposants au gouvernement. Ils ont été inculpés le 4 décembre de « groupement de malfaiteurs et atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». Ils ont été libérés provisoirement ce 17 décembre à la mi-journée et placés sous contrôle judiciaire.

Les charges maintenues contre Brigitte Kafui Adjamagbo et Gérard Yaovi Djossou visent à dissuader les membres de l’opposition et les voix dissidentes d’organiser librement des rassemblements pacifiques et de protester contre la réélection du Président.

Je vous appelle à veiller à ce que les charges contre eux soient abandonnées. La liberté d’expression et le droit de manifester pacifiquement doivent être garantis.

Je vous rappelle que manifester ou appeler à manifester n’est pas un crime, c’est un droit.

Bien cordialement,

LANGUE(S) À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : français
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

MARATHON DES LETTRES : Soutenez 10 personnes en danger

10 personnes en danger dans le cadre du marathon des lettres 2020. Signez pour les défendre, les faire libérer ou demander justice !