Écrire Un écrivain risque jusqu’à 10 ans de prison pour une nouvelle

Shakthika Sathkumara, un écrivain sri-lankais récompensé par plusieurs prix, a été arrêté le 1er avril 2019 pour avoir diffusé sur sa page Facebook une nouvelle dont il est l’auteur.

L’histoire fictive qu’il y racontait évoquait la vie dans un temple bouddhiste et aurait fait allusion à des abus sexuels sur des enfants. Inculpé au titre de de l’article 3(1) de la Loi sur le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de l’article 291(B) du Code pénal sri-lankais, ayant trait à la propagation de la haine et à l’incitation à la violence raciale ou religieuse, il encourt jusqu’à 10 ans d’emprisonnement s’il est déclaré coupable.

Détenu alors qu’il n’a fait qu’exercer pacifiquement son droit à la liberté d’expression, Shakthika Sathkumara est un prisonnier d’opinion ; en conséquence, il doit être libéré immédiatement et sans condition, et toutes les charges retenues contre lui doivent être abandonnées.

Shakthika Sathkumara a été arrêté le 1er avril 2019 dans un poste de police. Il s’y était rendu pour faire une déposition à la suite de plaintes déposées par des moines bouddhistes au sujet d’une nouvelle dont il était l’auteur. Cet écrivain, récipiendaire de prix décernés au niveau provincial et national, a été inculpé au titre de l’article 3(1) de la Loi sur le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) et de l’article 292 du Code pénal sri-lankais.

Les infractions à cet article de la Loi sur le PIDCP ne permettent pas de solliciter une libération sous caution auprès du tribunal de première instance, raison pour laquelle Shakthika Sathkumara est incarcéré depuis près de quatre mois. La prochaine audience doit avoir lieu devant la Haute Cour, qui, elle, est habilitée à accorder une libération sous caution à Shakthika Sathkumara.

L’article 3(1) de la Loi de 2007 sur le PIDCP et l’article 292 du Code pénal sri-lankais répriment la propagation de la haine raciale et religieuse incitant à la discrimination, à l’hostilité et à la violence.

L’arrestation de Shakthika Sathkumara relève d’une tendance inquiétante consistant à utiliser la Loi sur le PIDCP pour bafouer la liberté d’expression et la liberté de pensée, de conscience et de religion - paradoxalement garanties par le PIDCP lui-même - de militant.es et d’écrivain.es pacifiques au Sri Lanka. En mai 2019, une femme, M. R. Mazahima, a été arrêtée au titre de la Loi sur le PIDCP pour avoir porté une tunique dont le motif était une roue de navire - les personnes qui avaient porté plainte contre elle auprès de la police avaient affirmé, à tort, qu’il s’agissait d’un symbole bouddhiste. Elle a été maintenue en détention pendant plus de trois semaines avant d’obtenir une libération sous caution. En juin 2019, le chroniqueur Kusal Perera a été menacé d’être arrêté au titre de la Loi sur le PIDCP pour avoir écrit sur la montée de l’extrémisme bouddhiste cingalais au Sri Lanka.

Cette utilisation arbitraire de la Loi sur le PIDCP - qui revient à détourner une loi destinée à protéger et non à violer les droits humains - a un effet dissuasif sur l’exercice des droits au Sri Lanka. Dans ce pays, les responsables politiques, les autorités et la police sont extrêmement sensibles à tout ce qui est perçu comme une offense à l’égard du bouddhisme, et sont directement influencés par certains groupes de moines bouddhistes qui exigent que quiconque ayant, selon eux, porté atteinte à la religion soit arrêté et poursuivi en justice.

En vertu du PIDCP, que le Sri Lanka est juridiquement tenu d’appliquer, des restrictions peuvent être apportées aux droits à la liberté d’expression et à la liberté de pensée, de conscience et de religion, mais uniquement dans des cas précis et clairement définis. Ces restrictions ne sont autorisées que si elles sont prévues par la loi, ont pour but de protéger certains intérêts publics (la sécurité nationale ou publique, l’ordre public, la santé ou la moralité publiques) ou les droits et libertés d’autrui, et s’il est possible de démontrer qu’elles sont nécessaires à la réalisation de cet objectif. Le simple fait de critiquer implicitement ou même explicitement une religion ou un autre système de croyance ne peut relever de la qualification d’incitation.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Libérez Hajar Raissouni, emprisonnée pour avortement illégal

La journaliste Hajar Raissouni a été condamnée à un an de prison pour relations sexuelles hors mariage et avortement au Maroc. Cette condamnation est sans doute aussi liée à son activité professionnelle. Aidez-la, signez la pétition.