Écrire Un militant baloutche détenu au secret

Le 26 décembre 2018, les forces de sécurité émiriennes ont arrêté le ressortissant pakistanais Rashid Hussain Brohi sans présenter de mandat d’arrêt. Il est détenu au secret depuis. Les autorités émiriennes n’ont pas communiqué le lieu où il se trouve, ni la raison de son arrestation ou les chefs d’inculpation retenus contre lui. De nombreux éléments portent à croire que les autorités émiriennes préparent l’expulsion ou le transfert extrajudiciaire de Rashid Hussain au Pakistan, où il a participé à des actions militantes baloutches avant de partir aux Émirats arabes unis. Il existe des raisons de croire que sa vie serait en danger s’il était renvoyé de force au Pakistan.

Rashid Hussain Brohi est un Pakistanais de 23 ans d’origine baloutche venant de la ville de Shahdadkot, dans la province du Sind. Quand il était au Pakistan, il était militant au sein du Mouvement national baloutche. Entre 2010 et 2016, son cousin de 14 ans, son oncle par alliance (un homme âgé) et plusieurs de ses collègues militants ont été enlevés et tués dans des circonstances inexpliquées. Pour les membres de leurs familles, les forces de sécurité pakistanaises sont responsables de leur mort. En août 2017, craignant pour sa propre vie, Rashid Hussain est parti aux Émirats arabes unis pour travailler dans une entreprise d’installation et de maintenance d’appareils dirigée par un membre de sa famille à Doubaï.
Le matin du 26 décembre 2018, alors que Rashid Hussain se rendait au travail avec trois collègues, les forces de sécurité émiriennes l’ont arrêté. Vers 9 h 15, alors qu’ils se trouvaient sur l’autoroute E88 qui traverse l’émirat de Sharjah, leur véhicule a été arrêté par deux voitures civiles, une Mercedes-Benz blanche et une Ultima violette. Les deux conducteurs, en civil, ont présenté des badges d’agents des services de renseignement émiriens, mais pas de mandat de perquisition ou d’arrêt, et ont arrêté Rashid Hussain sans explication.
Les jours suivants, les proches de Rashid Hussain aux Émirats arabes unis l’ont cherché et ont déposé des requêtes auprès de la police émirienne et du système judiciaire par le biais d’un avocat émirien. Le 29 décembre 2018, vers une heure du matin, environ 15 membres des forces de sécurité armés, accompagnés de Rashid Hussain menotté, ont pénétré dans le domicile de Rashid Hussain et de sa famille dans l’émirat d’Ajman afin de fouiller la maison à la recherche de son passeport. C’est la seule fois que la famille de Rashid Hussain l’a vu ou a eu de ses nouvelles depuis son arrestation le 26 décembre. Les forces de sécurité n’ont pas trouvé son passeport. Par la suite, ses proches ont reçu plusieurs appels menaçants d’une personne qui a refusé de s’identifier mais qui a insisté pour qu’ils apportent le passeport de Rashid Hussain au poste de police de la ville de Khalifa, à Abou Dhabi. Les détentions au secret prolongées de ce genre correspondent à la définition juridique internationale principale de la disparition forcée, énoncée à l’article 2 de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées (bien que les Émirats arabes unis ne soient pas partie à ce traité).
Le 30 janvier 2019, après que des militants baloutches ont publié sur les réseaux sociaux des informations concernant la détention de Rashid Hussain, le journal pakistanais Dawn a indiqué sur son site Internet qu’un homme nommé Rashid Baloch avait été arrêté par l’organe émirien responsable de l’application des lois dans l’émirat de Sharjah quelques jours auparavant. L’utilisation de « Baloch » comme nom de famille officieux pour les personnes originaires du Baloutchistan est courante. Bien que la date ne corresponde pas, les autres informations suggèrent que cet article fait référence à Rashid Hussain Brohi. Les autorités pakistanaises affirment que le détenu est recherché en raison de son appartenance à l’Armée de libération du Baloutchistan et de son implication dans une attaque contre le consulat chinois à Karachi en novembre 2018.
Si des poursuites pénales sont engagées contre Rashid Hussain Brohi, que ce soit au Pakistan ou aux Émirats arabes unis, son extradition ou toute autre procédure légale à son encontre doivent s’inscrire dans le cadre d’audiences publiques respectant pleinement le droit à un procès équitable, ce qui implique la possibilité de consulter un avocat en privé dès le placement en détention. Le « refoulement » – le renvoi forcé d’un migrant qui craint à juste titre d’être persécuté dans son pays d’origine – est interdit au titre du droit international.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

En Iran, risque élevé de contamination par le COVID-19 dans les prisons !

Amnesty demande la libération de tous les prisonniers et prisonnières d’opinion en Iran : ils risquent leur vie à cause du Covid-19 en prison. Signez la pétition