Écrire Une militante des droits des indigènes a été attaquée

Patricia Gualinga défenseure des droits humains des indigènes, a déclaré que le 5 janvier, un homme inconnu a attaqué son domicile à Puyo (province de Pastaza) en jetant des pierres sur ses fenêtres tout en lui criant des menaces de mort.

Tôt dans la matinée du 5 janvier, un homme inconnu a attaqué le domicile de Patricia Gualinga à Puyo (province de Pastaza) en jetant des pierres sur ses fenêtres tout en lui criant des menaces de mort. Patricia Gualinga était chez elle à ce moment-là, avec ses parents et son enfant. Le jour même, elle est allée signaler les faits à la police nationale et a porté plainte devant le Bureau du procureur général de la province de Pastaza. À ce jour, Patricia Gualinga et sa famille ne bénéficient d’aucune mesure de protection, et aucun progrès significatif n’a été réalisé dans l’enquête.

Patricia Gualinga est une dirigeante quechua des peuples indigènes de Sarayaku, dont les terres ancestrales se situent dans l’est de l’Équateur. Elle travaille à la défense des droits liés à la terre, au territoire et à l’environnement dans le contexte des projets d’extraction en Amazonie équatorienne, et notamment de l’octroi de concessions aux compagnies pétrolières dans les terres ancestrales des peuples indigènes tels que les Quechuas de Sarayaku, les Sáparas, les Achuars, les Shuars, les Shiwiars, les communautés de Santa Clara, San Jacinto et des villes de Puyo et Shell-Mera.

Beaucoup de dirigeants indigènes et de défenseurs des droits humains des communautés susmentionnées ont exprimé leurs inquiétudes quant aux conséquences de la prospection et de l’extraction pétrolières sur leurs terres, territoires et sources d’eau, comme les bassins du Villano et du Curaray, et ont déjà rapporté des menaces et du harcèlement liés à leur travail en faveur des droits humains. En décembre 2017, après des jours de mobilisation et une rencontre avec la Confédération équatoriale des nationalités indigènes (Conaie), le président, Lenin Morales, a promis la suspension de l’octroi des nouvelles concessions pétrolières et minières situées sur les terres indigènes qui ont été accordées sans « consultation préalable ».

En juin 2012, la Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a rendu un jugement contre l’Équateur dans le cadre d’une affaire concernant le peuple indigène sarayaku, après qu’une compagnie pétrolière étrangère a été autorisée à déborder sur ses terres traditionnelles au début des années 2000, sans que les Sarayakus aient été consultés. La CIDH a estimé que l’État équatorien bafouait le droit de la communauté à être consultée, ainsi que ses droits à la propriété et son identité culturelle.

La Cour a en outre déclaré l’Équateur responsable d’avoir mis en grand danger la vie et l’intégrité physique des membres de la communauté de Sarayaku lorsque la compagnie pétrolière a placé plus de 1 400 kg d’explosifs à haute puissance sur le territoire de ce peuple indigène. L’Équateur ne s’est pas encore entièrement conformé à ce jugement. Patricia Gualinga a été une figure clé tout au long de ce processus.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Justice pour Julián Carrillo

Pétition pour Julián Carrillo, défenseur mexicain des droits humains et environnementaux, tué le 24 octobre 2018. Signez !