Écrire VINGT MILITANTS ARRÊTÉS LORS D’UN SIT-IN PACIFIQUE

Vingt militants du mouvement de jeunes Lutte pour le Changement (LUCHA) ont été arrêtés lors d’un sit-in pacifique dans la ville de Goma le 21 décembre. Ils protestaient contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà de la fin de son second mandat qui s’est achevé le 19 décembre.

Les militants du mouvement de jeunes Lutte pour le Changement (LUCHA) Oswald Kulimushi, André Batundi, Rodrigue Kyamwami, Alvin Bendera, Gloire Mwanzavalere, Amitié Muhindo, William Bahati, Pascal Muhindo, Hercule Biringetse, Paulin Mahamba, Patrick Djuma, Shimi Bahati, Mubalama Kitungu, Rebecca Kabuo, Parfait Muhani, Luc Nkulula, Juvin Kombi, Espoir Muyisa, Antipas Kambale et Claudia Chuma ont été arrêtés dans la matinée du 21 décembre dans la ville de Goma, dans le Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).
Le mouvement avait organisé un sit-in pacifique devant le bureau du gouverneur pour protester contre le maintien au pouvoir du président Kabila après le 19 décembre, dernier jour de son second et, selon la Constitution, dernier mandat. Les manifestants brandissaient des banderoles où l’on pouvait lire : « Personne n’est au-dessus des lois » et « Défendre la Constitution n’est pas un crime ».

Le groupe est actuellement détenu au poste de police P2 à Goma. Ces militants sont des prisonniers d’opinion détenus uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

Joseph Kabila est devenu président de la RDC en 2001 et a par la suite remporté les élections présidentielles de 2006 et 2011. La Constitution de la RDC limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. Le second et dernier mandat du président Kabila a pris fin le 19 décembre, et pourtant, il n’y a pas encore eu de nouvelle élection. À l’issue d’un dialogue national soutenu par l’Union africaine, un projet a été annoncé : il prévoit un report du scrutin à avril 2018, avec une prolongation du mandat du président Kabila jusqu’à cette date. Les partis d’opposition et la société civile ont majoritairement rejeté les résultats de ce dialogue. Un dialogue plus ouvert, piloté par l’Église catholique, est actuellement en cours.

La LUCHA est un mouvement de jeunes créé en 2012 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (RDC). Il est connu pour ses actions pacifiques. Il organise des sit-in, des manifestations et d’autres interventions pour réclamer le respect des droits de ses membres et de l’ensemble de la population de la RDC. Il ne cesse d’appeler à respecter les délais d’organisation des élections et le nombre maximal de mandats prévus par la Constitution.

Les autorités accusent la LUCHA d’être un groupe criminel cherchant à troubler l’ordre public.

En mai 2016, la LUCHA a reçu le prix d’Ambassadeur de la Conscience décerné par Amnesty International pour leur militantisme pacifique. Le 18 août, plus de 40 militants ont rencontré le président Kabila. Durant cette rencontre, ils ont présenté leur prix et demandé au président de quitter le pouvoir à la fin de son mandat.

Noms : Oswald Kulimushi, André Batundi, Rodrigue Kyamwami, Alvin Bendera, Gloire Mwanzavalere, Amitié Muhindo, William Bahati, Pascal Muhindo, Hercule Biringetse, Paulin Mahamba, Patrick Djuma, Shimi Bahati, Mubalama Kitungu, Rebecca Kabuo, Parfait Muhani, Luc Nkulula, Juvin Kombi, Espoir Muyisa, Antipas Kambale et Claudia Chuma

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition