Signer en ligne L’entreprise brésilienne JBS S.A. impliquée dans l’élevage illégal de bétail en forêt amazonienne

De récentes recherches alertent quant à la hausse préoccupante de l’élevage illégal de bétail dans les zones protégées de l’Amazonie, intensifiant les menaces qui pèsent sur les populations indigènes et leurs droits fondamentaux.

Les peuples indigènes, premières victimes de l’élevage illégal de bétail en Amazonie

Les saisies illégales de terres dans les réserves et territoires indigènes violent les droits des peuples indigènes et des résidents vivant dans ces zones protégées. La hausse de l’élevage commercial illégal de bétail dans ces régions s’accompagne d’une recrudescence des incendies et d’une déforestation intensive, et constituent de ce fait des menaces graves pour les populations avoisinantes. En effet, les confiscations de terres et l’exploitation illégale privent ces dernières de leurs ressources principales pour vivre ainsi que de leur habitat et les plongent dans une situation d’incertitude et de vulnérabilité.

Les saisies de terres illégales s’accompagnent souvent de menaces et de tentatives d’intimidation à l’encontre des habitants qui cherchent à protéger leur environnement et leurs ressources. En effet, ces derniers craignent d’être blessés voire même assassinés s’ils tentent de s’opposer. Dans le pire des cas, certains sont contraints d’abandonner leur maison. Ces actes constituent une violation des droits des peuples autochtones en vertu du droit international, notamment en ce qui concerne leurs terres et les ressources naturelles.

"Nous sommes préoccupés par les invasions qui se sont multipliées ces derniers mois, et qui se rapprochent progressivement des villages. Nous avons constaté qu’une énorme zone avait été récemment déboisée. Nous avons vu un hélicoptère semer de l’herbe pour qu’ils puissent, à l’avenir, amener du bétail" a déclaré Araruna, un homme d’Uru-Eu-Wau-Wau d’une vingtaine d’années.

JBS, le plus grand producteur mondial de viande bovine, complice de violations des droits humains au Brésil

JBS, une multinationale basée au Brésil, est la plus grand productrice de viande bovine au monde. Si Amnesty International n’a pas relevé d’implication directe de JBS dans des violations des droits humains, nous avons découvert, en revanche, que du bétail élevé illégalement en pâturage dans des zones protégées est entré dans la chaîne d’approvisionnement de la multinationale.

Selon le procureur général du Brésil, “aujourd’hui, aucune entreprise qui achète en Amazonie ne peut affirmer que sa chaîne d’approvisionnement ne contient pas de bétail provenant de la déforestation. [...] Aucune industrie agro-alimentaire responsable du conditionnement de la viande et aucun supermarché non plus.”

Vous pouvez agir. Demandez à JBS de mettre en place un système de contrôle efficace, y compris vis-à-vis de ses fournisseurs indirects, d’ici à la fin de 2020. L’entreprise doit s’assurer qu’aucun bovin élevé en pâturage illégal dans des zones protégées n’entre dans sa chaîne d’approvisionnement.

PNG

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition