Appelez la Chine à permettre le regroupement des familles ouïghoures

famille ouïghoure séparée

Certains parents ouïghours ont été séparés de leurs enfants à la suite de la répression sans précédent menée contre les populations ethniques du Xinjiang. Grâce à votre voix, nous pouvons pousser la Chine à mettre fin à cette séparation.

Des familles ouïghoures séparées par la répression Mihriban et Ablikim ont fui le Xinjiang pour se rendre en Italie en 2016 après avoir été harcelés par la police et avoir subi des pressions pour qu’ils rendent leur passeport. Ils ont temporairement laissé leurs quatre enfants à la garde de leurs grands-parents, mais peu après, la grand-mère a été emmenée dans un camp d’internement tandis que le grand-père était interrogé par la police. Voir aussi : Voir notre dossier sur la séparation des familles ouïghoures En novembre 2019, ils ont reçu un permis du gouvernement italien pour faire venir leurs enfants en Italie. Cependant, les quatre enfants - âgés de 12 à 16 ans - ont dû traverser seuls la Chine pour se rendre au consulat italien de Shanghai afin de demander des visas italiens. Malheureusement, ils ont été saisis par la police et renvoyés à l’orphelinat et au pensionnat du Xinjiang. Des enfants ouïghours placés en orphelinat après l’arrestation de leurs parents L’histoire de Mihriban et Ablikim n’est malheureusement pas unique. De nombreux parents ouïghours à l’étranger ont dû confier un ou plusieurs enfants à des membres de leur famille au Xinjiang. Certains parents ont appris par la suite que leurs enfants avaient été placés dans des "camps d’orphelins" ou des internats gérés par l’État après l’arrestation des proches qui s’occupaient d’eux. La campagne de détention massive menée au Xinjiang a empêché les parents ouïghours de rentrer en Chine pour s’occuper eux-mêmes de leurs enfants. Il leur est (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit