Action de solidarité avec les habitants de Nabi Saleh.

Le vendredi 11 décembre 2015, les Comités de résistance populaires de Nabi Nabi organisent une grande manifestation pour marquer :
 l’anniversaire de l’assassinat de Mustafa Tamimi, qui est mort après avoir été frappé au visage par une grenade lacrymogène tirée à bout portant par un militaire israélien quatre ans plus tôt
 le meurtre de Rushdie Tamimi (le frère de Nariman Tamimi), décédé le 21 Novembre après avoir été touché par un tir à balles réelles par des soldats israéliens le 19 Novembre 2012 ;
 la poursuite de la campagne contre les colonies israéliennes illégales et pour la liberté d’expression et la justice dans Nabi Saleh et la Cisjordanie occupée en général. Ils comptent sur l’appui d’ autres Comités locaux de résistance palestiniennes dans les villages avoisinants ainsi que des militants israéliens et internationaux. Comme une force excessive est couramment utilisée par les forces israéliennes contre des manifestants dans Nabi Saleh, l’escalade dans l’usage de la violence en Cisjordanie depuis Octobre 2015, nous donne toutes les raisons de craindre que le niveau de violence peut être particulièrement sévère.

Les résidents du village de Nabi Saleh, en solidarité avec d’autres militants palestiniens, israéliens et internationaux, organisent des manifestations hebdomadaires non-violentes pour exiger la fin de l’occupation israélienne et sa politique - qui y est associée- d’expansion des colonies illégales. Les forces de sécurité israéliennes interviennent fréquemment lors de ces manifestations avec une force excessive et inutile : depuis 2009, ils ont tué deux manifestants et blessé des centaines d’autres. Cette utilisation excessive de la force contre les manifestations affecte l’ensemble du village et peut constituer une punition collective, interdite par la quatrième Convention de Genève. Nabi Saleh est un village d’environ 550 habitants dans les Territoires palestiniens occupés (TPO), à 20km au nord-ouest de la capitale palestinienne, à Ramallah. La plupart des habitants sont de la famille étendue Tamimi ; il y a également quelques familles de réfugiés qui se sont installées à Nabi Saleh après qu’Israël les ait forcées à fuir leurs maisons en 1948. Nabi Saleh est le nom d’un lieu saint situé au centre du village, qui fait partie d’une route de pèlerinage traditionnelle soufie.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit