Avocats et défenseurs des droits humains pris pour cible

LES AVOCATS ET DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS... En juillet 2015, les autorités chinoises ont entamé une campagne de répression à l’encontre de 248 avocats et défenseurs des droits humains. Des proches des individus ciblés ont signalé leur disparition ; ils étaient parfois enlevés sans qu’aucune information ne soit donnée par les autorités. Quelques avocats seraient entrés dans la clandestinité pour fuir la répression. Toutes les personnes qui ont été arrêtées ou qui ont disparu sont bien connues pour leur travail dans des affaires relatives aux libertés fondamentales. Au total, 18 avocats et militants de défense des droits humains ont été officiellement arrêtés, dont 14 qui ont été inculpés d’atteinte à la sécurité nationale. Les chefs d’inculpation utilisés, notamment ceux d’« inciter à la subversion du pouvoir de l’État » et de « chercher à provoquer des conflits et troubler l’ordre public », démontrent clairement la volonté des autorités chinoises d’empêcher le travail de défense des droits humains en Chine en incriminant ceux qui y participent. Cette attaque coordonnée va totalement à l’encontre de l’engagement du président chinois Xi Jinping en faveur de l’état de droit. ...DOIVENT ÊTRE PROTÉGÉS CONTRE LA RÉPRESSION ÉTATIQUE Cela fait un an que les autorités chinoises ont lancé leur campagne agressive contre les droits humains. Les autorités doivent immédiatement et sans condition libérer toutes les personnes détenues uniquement en raison de leur travail de (…)

Le 9 juillet 2015, Wang Yu, une avocate du cabinet Fengrui Law Firm, a envoyé un message à ses amis pour leur dire que sa connexion internet et son électricité avaient été coupées et que quelqu’un était en train d’essayer d’entrer chez elle. Elle a été enlevée avec son mari Bao Longjun, également avocat au même cabinet, ainsi que leur fils Bao Zhuoxuan. Leurs proches n’ont eu aucune nouvelle d’eux jusqu’à ce que leur fils soit rendu à ses grands-parents.

Le 10 juillet 2010, le directeur du cabinet Fengrui Law Firm, Zhou Shifeng, a été enlevé dans sa chambre d’hôtel à Beijing par trois personnes non identifiées. D’autres avocats et employés de ce cabinet ont disparu ce jour-là : l’assistante administrative Liu Sixin, le directeur financier Wang Fang, ainsi que les avocats Zhang Weiyu, Wang Quanzhang et Huang Liqun.

D’autres avocats spécialistes des droits humains ont disparu à cette période : Su Muqinq, Xie Yang, Li Heping et son assistante juridique Zhao Wei (“Kao La”). Beaucoup de ceux qui ont été arrêtés faisaient partie d’un groupe de plus de 100 avocats et défenseurs des droits humains qui avait signé une déclaration publique le 9 juillet 2015 dénonçant la disparition de Wang Yu.

Un article publié le 12 juillet 2015 par le Journal du parti communiste déclarait que le Ministère pour la Sécurité publique avait débuté une campagne pour détruire un « gang criminel majeur » qui utilisait le cabinet Fengrui Law Firm pour attirer l’attention sur certaines affaires sensibles ; et que la police avait inculpé Wang Yu et certains de ses collègues. L’article affirmait dévoiler qu’un groupe d’avocats spécialistes des droits humains mettait la société en danger.

Pendant que Wang Yu et Bao Longjun étaient détenus, leur fils de 16 ans, Bao Zhuoxan, a été interrogé à plusieurs reprises par la police. Son passeport a été confisqué alors qu’il devait aller faire ses études en Australie. En octobre 2015, Bao Zhuoxan et les activistes Xing Qingxian et Tang Zhishun sont allés au Myanmar où ils ont été arrêtés par des agents de la police birmane et d’autres agents habillés en civil. Ils ont été emmenés près de la frontière birmane. Bao Zhuoxan a été renvoyé chez ses grands-parents à Ulanhot, dans la région autonome mongole au nord de la Chine, où il a été placé en résidence surveillée. Xing Qingxian et Tang Zhishun ont été portés disparus pendant sept mois, ce qui aurait pu être qualifié de disparition forcée jusqu’à ce qu’ils soient officiellement placés en détention pour « avoir pris des arrangements en vue de faire franchir illégalement la frontière à une tierce personne » en mai 2016. Ils souffrent tous les deux de problèmes de santé chroniques qui requièrent des médicaments : Tang Zhishun souffre d’une hyperthyroïdie et Xing Qingxian souffre d’asthme et d’autres maladies respiratoires.

En janvier 2016, 13 avocats et activistes ont été officiellement placés en détention. Parmi eux figuraient Wang Yu, Wang Quanzhang, Li Heping et Zhao Wei, qui ont été inculpés de « subversion du pouvoir de l’État ». Bao Longjun et Xie Yang ont été inculpés d’« incitation à la subversion du pouvoir de l’État ». Beaucoup d’avocats qui défendaient les avocats et activistes détenus ont été informés par les autorités qu’ils avaient été congédiés sans aucune preuve de la décision de leurs clients. Certains de ces avocats ont été remplacés par des avocats désignés par le gouvernement.

Depuis le début de la répression étatique, 11 avocats et activistes ont été libérés sous caution, dont Sui Muqinq, Wang Qiushi, Li Shuyun et l’assistant juridique Gao Yue.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions
2024 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit