Signer en ligne Brésil : les populations les plus fragiles menacées face à la pandémie

population vulnérables brésiliennes

Le Brésil est actuellement l’épicentre de la pandémie de COVID-19 en Amérique latine, avec plus de 126 611 cas de coronavirus officiellement confirmés et 8 588 décès signalés au 7 mai. Cependant, une étude récemment publiée par une association d’universités et d’instituts brésiliens suggère que le pays pourrait avoir jusqu’à 12 fois plus de cas de coronavirus que le nombre rapporté par le gouvernement.

Un contexte sociopolitique et économique forgé sur les inégalités

Au Brésil, dans le contexte sociopolitique et économique actuel, la pandémie du coronavirus a touché de plein fouet les populations les plus fragiles. Le système de santé affaibli par le processus de démantèlement des institutions promu par le gouvernement, les taux croissants de pauvreté et de misère ou encore l’accroissement du nombre de travailleurs informels, sont autant d’éléments qui exposent plus fortement les minorités et individus vivant dans des conditions précaires.

Les sans-abris, la population carcérale vivant dans des conditions malsaines et des locaux surpeuplés, les femmes fortement exposées aux accès de violence (le nombre de féminicides s’est aggravé depuis la quarantaine) font partie des populations les plus vulnérables et doivent bénéficier d’un accès à une assistance sociale ainsi qu’à des soins médicaux suffisants.

Les communautés indigènes livrées à elles-mêmes face à la pandémie

Les peuples indigènes, historiquement vulnérables et confrontés aux refus de la part de l’État de garantir leurs droits fondamentaux, sont directement exposés à la pandémie et ses conséquences. En effet, le démantèlement de la structure institutionnelle dédiée à la surveillance des territoires protégés et à la mise en oeuvre des politiques publiques, s’est doublé d’une rhétorique violente adoptée par le gouvernement de Jair Bolsonaro. Les invasions des terres indigènes ont augmenté l’année dernière au Brésil, tout comme les actes de violences portés contre les dirigeants autochtones.

De nombreux peuples indigènes ont décidé de s’isoler volontairement, barricadant les routes d’accès pour protéger leurs villages de la pandémie de COVID-19. Cependant, la saison sèche débutant ce mois-ci en Amazonie, leur isolement laisse la voie libre aux incendies et aux invasions de leurs terres par les accapareurs de terres et agriculteurs illégaux. Ces actes illicites exposent fortement les communautés à la pandémie, ces dernières étant isolées de toute assistance médicale adéquate.

Les autorités brésiliennes doivent garantir le droits à la vie et à la santé de toutes et tous. Ils doivent également intensifier la surveillance et les patrouilles des territoires indigènes et des zones protégées de l’environnement dans la région amazonienne pendant la pandémie, afin d’éviter les occupations illégales des terres et de renforcer la protection des communautés indigènes et de l’environnement.

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition