Signer en ligne Dépossédés et menacés : en Équateur, la vie des peuples autochtones en danger

Tandis que dans de nombreux États, le nombre de cas confirmés de COVID-19 diminue progressivement, la situation en Équateur et plus particulièrement celle des communautés indigènes est des plus préoccupantes.

Une hausse inquiétante des cas de COVID-19 confirmés au sein des populations indigènes...

D’après les informations communiquées par le gouvernement équatorien, au 2 juillet 2020, 50 915 cas de COVID-19 ont été confirmés, et le nombre de morts s’élève à 4 246 sur une population total de plus de 17 millions d’habitants. La confédération des nationalités indigènes de l’Amazonie équatorienne (CONFENIAE) a, de son côté, signalé la semaine passée la confirmation de 1 215 cas de COVID-19 au sein des communautés indigènes, contre 622 cas encore suspectés.

Si les populations indigènes se sont volontairement isolées et tentent de réduire au maximum leur contact avec l’extérieur, elles restent menacées en première ligne par le coronavirus, leurs défenses immunitaires pouvant être réduites par manque de diversité génétique.

… doublée de difficultés d’accès aux ressources, à un environnement sain et aux services de santé

Dans ce contexte relativement préoccupant, le manque d’accès à une eau saine et potable, aux ressources de nourriture, aux fournitures médicales, aux services de santé ainsi qu’aux tests de détection du COVID-19, sont autant de paramètres qui rendent les communautés indigènes plus vulnérables face aux risques de contamination et aux complications engendrées par la pandémie.

Le 7 avril dernier, un déversement de pétrole provenant des oléoducs du Système d’oléoducs transéquatorien (SOTE), géré par l’entreprise OCP Ecuador, a pollué le Coca et le Napo, deux rivières qui confluent au centre de la forêt amazonienne, ébranlant les populations déjà fragilisées. En effet, cette catastrophe écologique a eu des conséquences désastreuses pour l’environnement, l’eau et les ressources d’environ 120 000 habitants, dont 27 000 membres de peuples autochtones appartenant principalement aux ethnies kichwa et shuar.

Le mois dernier, plusieurs organisations équatoriennes de défense des droits des peuples autochtones et des droits humains ont soumis une contribution au rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, dans laquelle elles exposent la situation de vulnérabilité des communautés indigènes de l’Équateur face à la pandémie de COVID-19.

Nous appelons le président équatorien, Lenín Boltaire Moreno Garcés, à mettre en œuvre un plan d’action pour les protéger et garantir efficacement leurs droits humains.

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition