Signer en ligne Rendez leur liberté d’expression aux habitants du Cachemire

Révocation d’une autonomie historique

Depuis plus d’un mois, la région de Jammu-et-Cachemire, en Inde, est devenue une réelle prison à ciel ouvert. Jusqu’alors, ce territoire possédait un statut d’autonomie inscrit dans la constitution. Or, le 5 août, le gouvernement a subitement décidé de révoquer unilatéralement cette indépendance.

Des mesures draconiennes pour éviter les manifestations

Afin de prévenir toute protestation contre cette abrogation, les autorités ont ensuite imposé un couvre-feu aux habitants de la région ainsi qu’une coupure totale de toutes les communications. Pire encore, des opposants et militants politiques locaux ont été arrêtés et sont actuellement détenus, tandis que les journalistes sont empêchés de couvrir les événements.

Une poignée de médias internationaux ont fait part des violences subies par les personnes n’ayant pas respecté le couvre-feu dans le quartier de Soura, à Srinagar, pour protester contre les lourdes restrictions en vigueur. Du gaz lacrymogène, des balles en caoutchouc et des fusils à plomb auraient été utilisés, ce que nient les autorités indiennes. Par ailleurs, les médias locaux étant paralysés, il est difficile de connaître avec certitude le nombre de victimes.

De nombreux droits humains bafoués

Ces mesures constituent des violations flagrantes des libertés civiles de la population. Le droit de circuler librement, mais aussi les libertés d’expression, d’opinion et de presse ont notamment été bafoués. Le rapporteur spécial des Nations unies a d’ailleurs confirmé qu’une coupure des communications d’une telle ampleur ne peut jamais être justifiée en vertu du droit international.

Agissez avec nous !

Maintenir une telle répression ne peut qu’exacerber les tensions, isoler la population et accroître le risque de nouvelles violations des droits humains. Aidez-nous à faire pression pour mettre un terme à cette situation. Interpellez le gouverneur du Cachemire.

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !