Marathon des lettres : une campagne mondiale pour soutenir 10 personnes en danger

Marathon des lettres 2021 : 10 cas

Chaque fin d’année, Amnesty International identifie, dans le monde, 10 personnes ou groupes de personnes menacées et mobilise tous ses sympathisant·e·s pour écrire des lettres en leur faveur à destination des autorités concernées.

Amnesty International vous invite à participer à la plus grande campagne mondiale en faveur des droits humains, qui met en avant cette année les droits de la liberté d’expression, des femmes et des enfants.

En plus des centaines de milliers de courriers qui vont s’amonceler dans les couloirs des ambassades et palais présidentiels, Amnesty International y ajoutera la liste de toutes les personnes qui auront manifester leur soutien en signant, de façon numérique, le courrier proposé. Cette opération d’envergure planétaire améliore concrètement la vie des personnes ainsi mises en avant et de celles qui partagent leur condition. Des personnes injustement emprisonnées sont libérées. Des tortionnaires sont traduit·e·s en justice. Des détenu·e·s sont traité·e·s plus humainement. Et ceci, grâce à vous.

Découvrez ci-dessous les 10 personnes menacées de cette année. Elles ont toutes besoin de votre aide.
Nous vous proposons de signer pour elle, en un seul clic. Vous pourrez découvrir leur histoire en plus de détails pour chacun⋅e d’entre eux dans leur pétition individuelle.

La liberté d’expression : un droit fondamental menacé

Mohamed Baker, avocat spécialiste des droits humains, a été arrêté en 2019 et a passé déjà plus de deux ans en détention sans être inculpé ou jugé. Il est actuellement détenu dans une prison de sécurité maximale en Egypte dans des conditions cruelles et inhumaines.

Bernardo Caal Xol, défenseur des droits des communautés indigènes Maya Q’eqchi, a été arrêté au Guatemala en 2018 et condamné en 2019 sans raison valable.

Zhang Zhan, journaliste citoyenne chinoise, a été arrêtée et condamnée en 2020 à quatre ans d’emprisonnement parce qu’elle a dénoncé le gouvernement chinois pour son harcèlement incessant des journalistes indépendants et des familles des malades du COVID-19. En protestation à son arrestation injustifiée, elle a entamé une grève de la faim qui l’a fortement affaiblie.

Imoleayo Michael, jeune programmeur informatique, a soutenu les manifestations contre les violences et abus de la Brigade spéciale de répression des vols (SARS) du Nigéria en utilisant le hashtag #EndSARS, devenu viral. Il a été arraché à sa famille et maintenu dans des conditions cruelles et inhumaines. Après avoir contracté une pneumonie, il a été libéré sous caution mais il est quand même toujours poursuivi sur base d’accusations forgées de toutes pièces.

Rung, jeune activiste de 22 ans, est l’une des voix les plus remarquées du mouvement des jeunes réclamant l’égalité, la liberté d’expression et des changements systémiques en Thaïlande. Elle risque la prison à perpétuité pour avoir réclamé la liberté et la démocratie dans son pays.

Les droits de l’enfant ne sont pas respectés

Ciham Ali, de nationalité américaine et érythréenne, a été arrêtée en 2012 par les autorités en Érythrée alors qu’elle essayait de quitter le pays. Elle n’avait que 15 ans et personne ne l’a revue depuis.

Janna Jihad, jeune fille de 15 ans, est la cible de menaces de mort et de manœuvres d’intimidation en raison de son travail de défense des droits humains dans les territoires palestiniens occupés.

Mikita Zalatarou avait 16 ans quand il a été arrêté en Bélarus après avoir été pris dans des foules quittant une manifestation pacifique à laquelle il n’aurait même pas participé. Sans aucune preuve, il a été détenu à l’isolement, condamné à cinq ans d’emprisonnement et aurait été torturé.

Les droits des femmes et des personnes LGBTI en danger

Wendy Galarza a été blessée par la police après avoir participé à une manifestation au Mexique pour revendiquer le droit des femmes dans son pays. Elle a porté plainte contre la police et, malgré les difficultés rencontrées, elle n’abandonne pas son combat pour les droits des femmes.

Anna Charyhina et Vira Tchernyhina ont fondé l’ONG Sphère pour offrir un espace sûr aux femmes et aux personnes LGBTI en Ukraine où les attaques et le harcèlement en raison de l’identité sont courants. L’ONG a été la cible de nombreuses attaques discriminatoires en raison de son travail. La police n’a jamais protégé les membres et sympathisants de l’ONG et, au contraire, elle a même directement participé aux attaques en lançant des insultes homophobes.

Merci d’ajouter votre voix à celle de milliers d’autres personnes qui se mobiliseront pour ces personnes en cette fin d’année !

Toutes les actions
2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit