En Égypte, les droits des professionnels de la santé bafoués

médecin égyptien

Les membres du personnel soignant égyptien qui se sont risqués à dénoncer la gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, ont pour beaucoup été la cible des autorités. Harcèlement, tentatives d’intimidation ou encore arrestations arbitraires, ces attaques à leur encontre entravent leurs droits fondamentaux mais porte aussi atteinte au droit d’accès à la santé et à l’information des populations.

Bonne nouvelle ! Le 25 mars 2021, le dentiste Ahmad al-Daydamouny, détenu arbitrairement depuis 18 mois, a été libéré également. C’est un soulagement pour sa famille et ceux qui ont fait campagne sans relâche pour sa liberté. Il n’aurait jamais dû être emprisonné pour avoir dénoncé les mauvaises conditions de travail des personnels de santé. Bonne nouvelle ! Le 22 et 23 décembre 2020, le Dr Ahmed Sabra, le Dr Hany Bakr et le Dr Ibrahim Badawi ont été libérés de prison. Le dentiste Ahmad al-Daydamouny est toujours en détention. Les autorités égyptiennes doivent libérer immédiatement et sans condition tous les professionnels de la santé détenus uniquement pour avoir exprimé leurs opinions. Les professionnels de la santé en Égypte, en première ligne du combat contre la pandémie Selon le syndicat égyptien des médecins, les risques encourus par les soignants sont bel et bien réels. Au moins 68 d’entre eux sont morts, tandis que plus de 400 ont été testés positifs depuis le début de l’épidémie en Égypte, mi-février. Pourtant, une grande partie des fonctionnaires et cadres d’hôpitaux ne prennent aucune mesure pour renforcer la protection et vont jusqu’à menacer explicitement les médecins qui, craignant pour leur sécurité, refuseraient de se rendre au travail. Dans une lettre rendue publique, le gouverneur du Nord Sinaï a prévenu que “tout médecin ou membre du personnel infirmier qui refuse de faire son travail ou qui s’absente de son travail sera convoqué par l’ANS”. Des médecins persécutés et détenus pour avoir exprimé (...)

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit